AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Event] L'avalanche et les intrus [Chiens, Humains et Celestial]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

Invité

Invité
avatar



MessageSujet: Re: [Event] L'avalanche et les intrus [Chiens, Humains et Celestial]   07.06.10 16:50

    [Désolé c'est court mais j'ai la flemme =/]

    Le guerrier s’était attendu à tout. Sauf à ça. Alors qu’il se trouvait en surplombant, prêt à reculer pour disparaître à la vue des bipèdes, un des chiens se mit à courir, remontant la pente pour aller vers sa direction. Et il arriva bien vite, sûrement un chien taillé pour le combat car il lui sauta aussitôt dessus. Si la situation n’avait pas été aussi préoccupante, Lesrak en aurait éclaté de rire. Et voila qu’un sal clébard venait l’achever ? Bah tiens, viens donc mon joli, on va s’amuser. Le chien ouvrit le combat, lui sautant dessus pour arracher de la chair. Lesrak gronda, un grondement sourd et puissant, sauvage. Les crocs du loup cendré s’abattirent sur la patte déjà blessé sur rouquin. Et oui, il n’était pas con le guerrier et il n’hésiterait pas à profiter des blessures déjà présentes du chien. Il planta donc férocement ses crocs dans sa patte déjà amochée, arrachant la chair, rouvrant avec violence la blessure. Saloperie de clebs, tu sais pas à qui t’a affaire. Deux fois plus petit que moi et ça se prend déjà pour un caïd. Mais à ce moment là, le bipède arriva, sûrement le propriétaire de l’animal. C’est ça, récupère ton chien si tu veux pas le retrouver crever et bouffer par les corbeaux. Lesrak n’attaquerait pas l’humain, il était seul, et l’humain plus le chien risquait de lui poser des problèmes, bien que le bipède soit désarmé. Bordel, si ça faisait les choses qu’a moitiés…

    Lesrak recula d’un pas, prudent, quand une fille arriva, lui balançant le feu. Et merde. En un bond agile, le guerrier esquiva la torche improvisée et recula avec prudence, les laissant récupérer leur chien. Il n’était pas là pour chercher la bagarre, bien au contraire. Il était venu observer, un peu trop près apparemment. Lesrak recula donc, encore et encore, les laissant passer un filet autour du cou de chien, avant de le tirer au loin. Alors qu’il pensait avoir enfin la paix, il découvrit qu’un loup dévalait la pente, s’approchant des humains sans se méfier. Mais bordel , il fout quoi celui là ? Viens pas crétin, on recule et on les laisse se barrer. Lesrak gronda, exaspéré, et alors qu’il s’apprêtait à aller vers le loup, pour le contraindre à reculer et ne pas s’approcher, ce fut un autre qui s’en chargea. Fenrir, fils de dieu. Lâchant un soupir, le cendré les rejoignit sans un mot, laissant Fenrir engueulait comme il se devait le jeune loup. Lesrak salua d’un signe de tête son supérieur et observa les humains qui reculaient eux aussi avec prudence. Il y avait leurs camps, et eux pas très loin, ce qui ne rassurait en rien le cendré. D’un simple signe de tête il invita ses compagnons à battre en retraite, pour l’instant du moins. On aviserait ensuite, ils étaient de toute manière bien trop nombreux pour faire quoi que se soit.


    « On devrait filer. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité
avatar



MessageSujet: Re: [Event] L'avalanche et les intrus [Chiens, Humains et Celestial]   07.06.10 17:03

    [Chut, Lesrak, faut pas dire quand t'as la flemme xD Ca va démotiver les autreees xD]

    Jeff n’étais pas un crétin sans cœur. Il ne tirerait jamais sur un être vivant que par obligation. Les armes auraient été destinées à tirer en l’air pour faire fuir les loups qui connaîtraient déjà le bruit des canons meurtriers. Jeff ne pouvait pas savoir s’ils avaient ou non côtoyer les humains une fois dans leur vie et s’ils avaient bel et bien connu la mort par le fusil. Mais il se doutait que le coup de feu pourrait en faire fuir quelques uns. Les humains ne cherchaient pas la guerre mais entre deux peuples différents et incapables de se comprendre, une communication pouvait-elle réellement être établie ?

    Thomas arriva en courant, mit un couteau dans la main de Jeff mais il le lui rendit aussitôt, précisant qu’il allait en avoir plus besoin que lui. Cet idiot inconscient était parti sans veste. On voyait bien qu’il n’avait pas conscience du danger. Avait-il seulement l’habitude de voyager dans de telles températures. Une fois, Jeff avait ressenti la morsure glaciale du givre s’installant dans ses poumons. Il avait voulu faire le malin et montrer qu’il était fort … il avait faillit y rester. Plus jamais. Il conjura donc Thomas de mettre une veste, de se couvrir un minimum argumentant qu’il risquait d’y passer plus rapidement que prévu s’il n’agissait pas. On ne jouait pas avec le froid.

    Maxime était encore invalide, Thomas, la demoiselle du campement, Nikolaï et Jason étaient parti à la recherche de ce crétin de Gao, qui, apparemment, c’était laissé guider par son instinct de combat. Pendant une fraction de secondes, Jeff avait faillit leur dire d’oublier le chien et de penser à leur vie. Mais, aussitôt, l’image de Dii’ en train de lutter contre un imposant loup survint dans son esprit. Et il sut qu’il en aurait fait autant. Il passa une main nerveuse dans le pelage de son chien et souffla :

    « Heureusement que tu as un cerveau, mon vieux. »

    Mais Jeff ne partirait pas les aider. Ils étaient bien trop et il fallait que quelqu’un reste au campement. Erika s’occupait de Maxime mais pour les autres, ils pouvaient être n’importe où. Partis chercher à manger ? Trouver des traces de la piste perdue ? Comment allaient-ils faire pour rentrer, maintenant … Mais il y avait sujets plus importants, n’est pas ? Les hurlements retentissaient les uns après les autres et firent tressaillir le jeune homme.

    Il vit un tout petit loup – sans doute un louveteau – inconscient du danger approcher du campement. Il s’accroupit, fit se coucher Diix’yte et lui demanda de se tenir tranquille et de ne surtout pas faire de bruit. Là, il tendit une main et appela le louveteau, juste pour voir. Soudain, il eut une meilleure idée. Il courut à la tente et alla chercher des lanières de viande séchées Il se fichait de savoir à qui elles étaient : tout bon musher devait en avoir sur lui. Cela pouvait en aller de sa survie. Il posa, en passant, son fusil à l’entrée de la tente. Il revint vers le louveteau qui avait été rejoint par un congénère nettement plus gros. Une idée avait germé dans son esprit : il espérait qu’en calmant certains loups ils seraient capables d’empêcher les autres de se jeter sur eux et leur campement. Après tout, l’espoir faisait vivre et Jeff était persuadé que les loups étaient des animaux intelligents. Il s’adressa donc directement aux deux mammifères sauvages, après leur avoir envoyé trois ou quatre lanières de viande, en offrant une à son chien de tête au passage, lui confiant son plan à voix basse, pour ne pas effrayé les fauves.

    « Je suis sûr que ça peut marcher. Il faut juste leur montrer qu’on ne leur veut pas de mal. J’tiens pas à mourir, tu sais … Ce serait juste bien qu’il nous laisse en paix. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité
avatar



MessageSujet: Re: [Event] L'avalanche et les intrus [Chiens, Humains et Celestial]   07.06.10 17:40

      Alors que Lesrak ne s'attendait pas à ce que Gao lui saute dessus, ce dernier fut surprit de l'intelligence du loup, qui lui attaqua sa patte déjà blessé. Gao laissa échapper un gémissement de douleur, puis vint ensuite les grognement de rage et de haine. Gao cherchait un point sensible, mais ses mouvements étaient freiné par la ardeur du loup, qui était au moins deux fois plus gros que lui. Le nordique roux et blanc finit par chopper le coude du loup cendré, là où les pils sont le moins épais, en théorie. Il ignora les appels de son maitre, trop occupé. La douleur poussa Gao à mâcher l'articulation du loup qu'il avait provoqué, lui arrachant des bout de chaire. L'ancien chien de combat aurait même put attaquer l'os du coude si cette imbécile de femme ne l'avait pas étranglé avec son foutu filet ! Gao fit le feu non loin de lui, ce qui donna un mouvement de recul au loup. Le chien de barre de Thomas, en colère se retourna, face à Skye. Ignorant la douleur comme il savait le faire, Gao lui sauta maladroitement dessus. Si bien qu'en visant son cou, Gao attéri juste à côté. Mais cela ne l'empêcha pas de mordre, déchiquetant ses vêtements avec force et hargne, pour sentir le sang couler dans sa bouche, et la chaire se fendre sous ses crocs.

      Cette femme avait osé l'étranglé, et lui, dans un état de transe, s'était juré de la tuer, pour se venger ! Oubliant le loup et tout ce qui l'entourait, Gao continuait son carnage, atteignant rapidement la chaire qu'il déchiqueta.
Revenir en haut Aller en bas

QuatreSouffles


avatar

Masculin
Nombre de messages : 971
Date d'inscription : 07/08/2009


Votre personnage
Meute et Grade: Druide
Alignement dans la guerre: Angel
Relations:

MessageSujet: Re: [Event] L'avalanche et les intrus [Chiens, Humains et Celestial]   07.06.10 22:15

Paw!
Sestoran s'arrêta net. Il avala sa salive en faisant un gloup, vous savez... Vous comprenez ce que je veux dire, j'espère. Bon, il vit aussi des flammes venir vers lui. ça faisait fondre la neige! Bonne idée! Comme c'était fascinant! Puis, il entendit Fenrir s'adresser à lui? Il se retourna pour écouter, peu convaincu.

«Dangereux? Pourquoi? Les humains, ou bipèdes, si tu le dis, j'en ai déjà vu dans ma jeunesse. Il me donnait de la nourriture et venait parfois nous voir, sans jamais nous faire le moindre mal.
Et des êtes dangereux créant beaucoup de morts, c'est comme les Devils, non? Bon, ça se voit, ils sont plus évolués, mais si des loups peuvent être bons ou mauvais, pourquoi un humain ne pourrait pas choisir entre le bien et le mal? »

Il ne croyait pas que les humains pouvaient être si méchants. Ils lui avaient sauvé la vie, lorsqu'ils était jeune. Et ceux-là, il y en avait qui semblait plus agressif que d'autre... Peut-être qu'ils étaient mauvais. puis, il se rendit compte de quelque chose.
«Ça ressemble à un grand malentendu. Tu vois, les loups ont peur des bipèdes à cause de mauvais souvenirs, alors ils grognent. Alors, les bipèdes ont peur des loups et se protègent en les tuants. Alors, les loups ont encore plus peur et ils sont encore plus agressifs, donc les bipèdes sont plus dangereux... Je crois... Je crois qu'en arrêtant de grogner, ils arrêteraient de nous attaquer...»
Dit-il d'un ton pensif. C'est vrai. Quand tu attaque une perdrix, elle te donne des coups de becs, non? Quand tu menace un bipède, il te tue. À part certains cas. Il se rappelle d'un cas du parc naturel, que sa mère appelait Bréconner, ou Braconneur, quelque chose du genre. Il attrapait les lynx pour en faire une peau de plus... Ce devait être un méchant... Quoique les loups mangent les perdrix pour survivre... Bon, faut voir.
Et voir, il le faisait. Il vit un humains placer un morceau de viande devant lui. Il n'avait pas l'air méchant.

«Regarde! Il fait comme ceux que j'ai connu! Il amène de la viande. Leur intentions sont surement bonne.»
Il s'arrêta un instant pour regarder.
«Tu as dit de ne pas s'approcher sans connaitre leur intentions. Je crois qu'elles sont bonnes. Il offre de la nourriture. Bon, c'ets peyt-être un piège. Mais de toute manière, ils ont été amenés par l'avalanche, pas de leur propre gré. Ils ne sont pas venu pour nous attaquer. Du moins, pas pour le moment.
Mais bon, c'est sur que si on continue comme cela, il va y avoir une bataille. Il faut savoir leur intention. Je vais aller voir.Si je ne reviens pas, vous saurez quoi faire. Sinon, vous le saurez autant.
Et ne pense pas à m'empêcher d'y aller. Tu sais surement que je suis téti comme une mule. De toute manière, je ne sers pas à grand chose dans la meute. Alors, j'y vais. Dites au revoir à mes amis pour moi.»

Il avait dit ça sur un ton pensif, sans quitter des yeux les hommes. Puis, il commença à courir. Juste pour ne pas laisser le temps à Fenrir d'intervenir. Il était têtu et curieux, ce débile. Il commença à courir, mais il fit bien attention de garder un air gentil. il avait l'air d'un chiot courant jouer vers son maitre. Il n'allait pas trop vite. De toute manière, il était tellement enfoncé dans la neige et petit qu'il était peu visible, et vraiment pas menaçant. Son odeur était presque totalement maquée par l,eau et la neige sur son pelage.
Dès qu'il fut proche du campement et de l'homme, il ralentit et le fixa dans les yeux. Il marcha doucement, sans le quitter du regard. Il ne savait pas quoi faire pour montrer ses intensions pacifiques... Il se mit à battre la queue et leva les oreilles, tout pour avoir l'air confiant. Bon, il était terriblement nerveux. Il finit par arriver, prit une lanière entre ses dents, regarda le sloups derrière lui, et l'avala.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité
avatar



MessageSujet: Re: [Event] L'avalanche et les intrus [Chiens, Humains et Celestial]   08.06.10 16:26




      T C H O U K O T K A .


      Le soleil était à son zénith. La foule entourait les participants qui attendaient sur la ligne d'arrivée. Les chiens, pour la plupart, ne tenaient plus en place, tandis que d'autres méditaient. Sans m'en rendre compte, moi, je gigotais, mais de temps à autre je m'arrêtais, car cela stressait mes compagnons, et Kelfa avait le don d'être claire. Je posais mon regard iceberg sur mon musher, la langue pendante, un demi-sourire au bout des lèvres. Il vérifiait son matériel une dernière fois. Une voix grave résonna. Bientôt la course commencerait. L'agitation et le stress montaient. Jason vint nous encourager, comme chaque fois avant le grand jour.

      Je « couinais » joyeusement pour encourager mes compagnons. Je me couchais sur la neige, en remuant vivement la queue contre mon gré, ce qui embêta Tchito. Il posa une patte sur cette dernière pour l'empêcher de le gifler. Je ne bronchai pas et je laissais tomber ma tête sur le sol. La voix résonna à nouveau. Je me redressais d'un bond. Nous avancions légèrement pour nous mettre sur la ligne d'arrivée. J'aperçus un homme imposant avec un manteau en cuir, un visage fermé, un regard dur, et une moustache .. assez ridicule. Mais ce qui m'intéressait, c'était l'arme qui tenait fermement. La plupart des regards se posèrent sur cette dernière. Le temps parut horriblement long. Et enfin .. le coup de feu ! Les cris de la foule en délire, les premiers ordres des mushers, les chiens lancés, les aboiements. La partie commençait enfin !

      ☼☼☼☼☼☼☼

      Nous courrions depuis un bon moment. 20 minutes ? 30 ? 40 ? Faute de montre, je l'ignorais. Bientôt, les premières douleurs aux pattes se feraient sentir, heureusement, les espèces de chaussons que nous avions aux pattes protégeaient nos pauvres coussinets. Je tirais de toute mes forces, ne cessant de me motiver en imaginant déjà l'arrivée.

      Les autres adversaires étaient loin, devant ou derrière, je n'avais pas fait attention. Le soleil nous suivait à la trace, nous avions encore le temps d'avancer largement.

      Mais soudain, quelque chose d'anormal se produisit. Nous courrions. Vite .. Plus vite. Quand des cris résonnèrent. Mon cœur fit un bond. Je sentais le malheur s'abattre sur des têtes. J'avais un très mauvais pressentiment. Soudain .. Tout fut blanc.

      ☼☼☼☼☼☼☼

      J'avais froid, tellement froid. J'ignorais où j'étais, ce qui s'était passé. Je serrais la mâchoire, mais je ne tentais même pas de remuer. C'était la fin. J'entendis une voix, ou plusieurs. Un visage apparut dans ma tête. Celui de mon musher. Puis tout me revint en tête. Cette fois, je savais que je devais me sortir de là. Une épaisse couche de neige recouvrait mon corps, et surement celui de mes compagnons, et de mon maitre. Alors je devais m'activer, et vite, avant que le froid nous emporte tous.

      Je me mis à remuer, mais ceux mon corps se tortillaient, mes pattes mirent du temps à m'obéir de nouveau. Je me mis à creuser à l'aide de mes pattes avant, mordant la neige quand elle refusait de céder sous mes griffes. L'air bientôt se ferait vite rare, mon temps était compté. Je commençais à perdre espoir, ainsi que mes forces, quand soudain, j'aperçus une lumière. Dans un dernier coup de museau, je perçais la fine couche de neige restante.

      La lumière éclatante m'obligea à fermer les yeux aussitôt le nez dehors. Je me laissais tomber sur le sol, épuisée. Mais je n'avais pas le temps de me reposer. Je me redressais lentement et cherchait une quelconque silhouette. Mes oreilles frémirent, j'entendis des aboiements, et des cris d'humains. J'humais l'air et reconnaissait l'odeur de quelques chiens. J'étais partagé entre le fait de chercher mon groupe, ou d'aller chercher de l'aide. Ayant repérer les quelques chiens et humains sortis de la neige, je décidais de commencer mes recherches.

      La truffe à quelques cm de la neige, je cherchais une piste, le cœur lourd. Quand je pensais avoir trouver quelque chose, je m'empressais de gratter de toute mes forces.. Je finis par trouver un moufle .. mais pas d'autres traces, pas de corps.. Rien. Je décidais alors d'aller chercher du côté des .. survivants. Mon inquiétude ne cessait d'augmenter, mais je gardais espoir.

      J'aperçus des tentes, je m'approchais rapidement. Des chiens, que je connaissais plus ou moins, trois humains, et un feu. On s'occupait des chiens, des affaires perdues, des blessés. J'espérais trouver là quelque chose .. ou plutôt quelqu'un. Je passais ma tête dans chacune des tentes, j'appelais, je reniflais un peu partout. J'aperçus Dii'xyte, qui avait encore cherché la p'tite bête, mais j'étais trop stressée pour lui faire la morale ou quoi que se soit. Je m'approchais d'une jeune femme blonde. Il me semblait .. il me semblait qu'elle connaissait mon musher. Mais .. Tout était si flou dans ma tête.

      Une odeur particulière attira mon attention. Je la connaissais, hélas. Les loups. Je me retournais légèrement, scrutant les horizons, le poil hérissé. Je repensais aussitôt à mon groupe .. il fallait que je les trouve. Aussitôt je m'éloignais du groupe pour continuer mes recherches.




Dernière édition par Alizé le 18.06.10 14:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité
avatar



MessageSujet: Re: [Event] L'avalanche et les intrus [Chiens, Humains et Celestial]   09.06.10 12:50

    Le silence. Magnifique, pur et insaisissable. Le soleil était levé depuis peu, répandant son halo jaune pâle sur les terres de Sibeska. On entendait de temps à autres le chant d’un corbeau ou les cris d’oiseaux supportant le froid de la région. Un vent froid soufflait sur les pans des montagnes, soulevant la neige en longs rideaux blancs. Tamina était là, perchée sur ces monts, le regard perdu dans le vide. Son pelage d’un blanc impeccable se noyait dans la neige avec perfection. Il était très dur de la repérer, et seule son odeur pouvait la trahir. Ses prunelles d’un beau bleu saphir se plissèrent pour mieux voir à travers les flocons de neige. Truffe en l’air, elle analysait les odeurs qui lui parvenaient. Elle décela alors celle d’un lièvre. Enfin, une proie venait de se prendre dans ses filets. Maintenant, restait à savoir où était le petit animal. Tamina descendit prudemment le long de la montagne, glissant sur la poudreuse. Elle reprit appuis grâce à des rochers qui sortaient de la neige. L’odeur se fit de plus en plus forte. Elle le vit alors, petite tache blanche se dandinant dans la poudreuse. Retroussant ses babines, la louve bondit de son promontoire avec agilité et se lança à la poursuite de sa proie. Tamina était d’une rapidité surprenante, ce qui faisait d’elle une bonne chasseresse. Ses foulées amples et souples eurent tôt fait de la porter aux côtés du lièvre qui s’enfuyait.

    Soudain, à l’instant où elle allait bondir sur sa proie, un grondement sourd monta aux alentours. Tamina pila et balaya les montagnes du regard. Au loin, elle vit tout un pan de neige se détacher. Une avalanche. Intriguée par ce phénomène gigantesque, la louve décida de s’approcher. Elle courut alors non loin de la poudreuse qui venait de dévaler la pente. Se firent alors entendre des hurlements, des cris et des éclats de voix. Le sang de Tamina se glaça dans ses veines : les humains. Et les aboiements confirmaient la présence de leurs foutus chiens. Elle devait aller voir, ils étaient sur les terres de Sibeska après tout. Dévalant la pente aussi vite que lui permettaient ses pattes, elle fut bientôt sur les lieux. L’avalanche semblait avoir interrompu une course de traineaux. La louve s’approcha en silence, tout ses sens aux aguets. Elle ne faisait guère confiance aux humains. Elle s’approcha des bipèdes et des chiens paniqués. Elle se tapie dans les fourrés, silencieuse, attendant la suite des événements. Tamina vit alors un loup des Celestial s’avancer. Mais… Que faisait-il ? Il était fou !
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité
avatar



MessageSujet: Re: [Event] L'avalanche et les intrus [Chiens, Humains et Celestial]   09.06.10 13:15

Thomas ne s'était pas rendu compte du danger en allant chercher Gao. Sur le coup, tout ce qui lui avait paru important était de sauver son chien. Il laissa Jeff' lui donner une veste, dans un étant second, toutes ses pensées tournées vers son chien de barre. Et maintenant? Il se trouvait encerclé, pas une meute de loup, Gao trop occupé à grogner pour chercher à lui obéir. Il avait été fou de venir, mais il n'avait pu s'en empêcher. Et si c'était à refaire? Oui, il le referait, même si c'était perdu d'avance. Il avait même donné son couteau à Jeff', trop préoccupé par son chien pour réfléchir qu'il en aurait peut-être l'utilité.

Vous comprenez donc qu'il fut particulièrement heureux de voir la jeune musher arriver à côté de lui, celle qui se trouvait dans la tente, et un autre musher. Il se plaça à côté d'elle, pour la protection du feu, attrapa dans un état second le filet qu'on lui tendait, Gao au bout. Le musher qui était allé lui passer était fou de l'avoir fait, Gao pouvait être très très méchant quand on le capturait de la sorte. Mais pour le moment, le principal était de sortir. Thomas raccourcit le filet pour arriver à hauter de son chien, lui expliquant qu'il fallait s'en aller, qu'il se vengerait plus tard, mais que pour le moment s'il ne partaient pas rapidement ils allaient tous y rester. Ne pouvait toutefois pas laisser passer trop de temps, au risque de n'avoir plus aucune chance de sortie, il se mit à tirer son chien en arrière.

Mais soudan, le filet lui échappa, Gao venant de bondir en avant. Déséquilibré, Thomas tomba fesses contre terre, cherchant du regard son chien vers les loups. Il ne le trouva pas en train de les attaquer, mais plutôt plongeant sur la musher à ses côtés. Il semblait fou, la mordant comme pour se venger. Un éclair de lucidité se fit dans son esprit: c'était le filet. Elle lui avait passé le filet, et il ne l'avait pas supporté. Mais Thomas ne pouvait accepter ce genre de manière, et de toute façon, s'il ne faisait rien elle allait y passer. Alors il tira le filet en arrière, coupant le souffle à Gao avec la corde, sans pour autant le tuer ou même le faire s'évanouir par manque de souffle. En même temps, il se rapprochait et dès qu'il fut assez prêt, il pinca une des oreilles de son chien. La douleur lui ferait certainement lacher la jambe de la jeune femme.

- Gao! Lache la tout de suite où tu auras à faire à moi!

Dès que son chien recula. Il raccourcit le filet pour l'avoir à ses pieds, aida d'une main la jeune femme à se lever avec l'autre musher. Ne voulant pas qu'elle s'encombre trop, il attrapa la torche et l'agita pour éloigner les loups. Certains devaient en avoir profité pour se rapprocher. Toujours ne serrant le filet, Thomas siffla ses deux autres chiens et, après avoir vérifié que tout le monde était là, il repartir vers le campement. Souvent, le jeune homme se retournait, regardant si personne ne trainait et si les loups restaient à distance respectueuse. Dans l'autre cas, il agitait la branche enflammée. Le plus dur était d'harmoniser ses gestes. D'un côté la torche, de l'autre Gao qui pouvait tirer à tout moment -mais dès qu'il le faisait, Thomas resserait sa prise-. Le musher n'avait pas de scrupule à l'éttoufer à moitié, si ca pouvait l'empêcher de sauter sur la jeune femme, et si ca ne le tuait pas. Dès qu'ils furent aux tente, il aida la musher à s'asseoir, se répandant en excuses.

- J'aurais jamais du, je sais, mais je ne pouvais pas le laisser se faire tuer par les loups. Je vais m'occuper de ta jambe. Ca ne parait pas très profond, vraiment désolé pour ce qu'il a fait.

Tout en parlant, Thomas s'occupa de Gao. Il trouva une chaine, celle qui avait servi pour Diixyte tout à l'heure, et y attache son chien. Il pouvait bouger, aboyer et remuer autant qu'il le pouvait, au moins il ne sauterait sur personne. Thomas lui intima l'ordre de rester tranquille, décidé à ne pas enlever le filet pour le moment. C'était peut-être cruel, mais avec ces loups, son chien était redevenu comme lors de ses combats, et c'était assez dangeureux.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité
avatar



MessageSujet: Re: [Event] L'avalanche et les intrus [Chiens, Humains et Celestial]   11.06.10 16:40

        Identifier le bonheur lorsqu'il est à ses pieds, avoir le courage et la détermination de se baisser pour le prendre dans ses bras... Et le garder. C'est l'intelligence du cœur.


    Sortant de la tente a vive allure, je freina des quatre fers en apercevant les Loups. Outch, plutôt balèze celui la. Levant les yeux pas mal impressionné par la bête je me sentais tout d’un coup un peu con la. Je tournais la tête en entendant Jeff’ lui léchais furtivement la main quand il la passait sur mon crane. Je me grattais quand je vus soudainement Kaïlash et Idiltarod foncer comme deux fou furieux a travers la forêt lorsqu’un cris d’humain retentissais. Ils ont envie de crever n’es ce pas ? Je piétinais la neige mais ne bougeant pas, refusant de quitter Jefferson. Jappant en direction de la lisière, je me demandais tout de même ce qu’il pouvait se passer là-bas… Tournant la tête vers ce monstre croisé avec un Loup, j’arquais un sourcil et alors que je vis un morceau de viande a mes pattes que je digérai aussitôt, je perçus mon humain a deux mètres des Loups. Faisant les gros yeux, je courus vers Jeff’ me mettant entre lui, le Louveteau et le Loup qui… Qui devait sans aucun doute faire deux fois ma taille… Maman T_T… Claquant de la mâchoire sans me laisser démonter par cette chose complètement hors norme. Je fis glisser mon regard sur la gauche quand je vis Thomas revenir avec Gao. Ce chien était vraiment, mais vraiment trop con. J’avais jamais eut envie de me battre face a lui, franchement il me semblait être tellement inintéressant que malgré tout ce qu’il pouvait faire, je n’avais jamais prêté attention a lui. Déjà qu’on dit des chien roux qu’ils sont en manque d’intelligence, celui-ci ne fait que confirmer la règle.

    Roulant des yeux en reposant directement mon regard dans ceux du grand mâle, je pris une profonde inspiration comme pour me donner du courage et fis un pas en avant, soutenant les prunelles argenté du Loup. Je ne sais pas ce qui a pus les rendre si aigris, si agressif a cela, mais je sais que si c’est pour laisser une chance a mon Musher de pouvoir s’enfuir, alors je ferais face a cette chose et ca malgré la peur qui règne en moi. Et oui, je ne suis pas sans peur, bien sur que j’ai peur de mourir, bien sur que je me demande si là, maintenant c’est la fin, si c’est la dernière fois que je pourrais râler, que je pourrais aimer, que je pourrais courir, que je pourrais montrer ô combien certaines personnes sont importante a mon bon comportement. Déglutissant, ce n’est n’y la queue droite ou rabaissée, n’y les oreilles couchées ou droites que je me présentais au mâle. Je ne savais pas trop ou je me placer actuellement, si j’étais capable, apte de montrer une once de dominance face a lui alors que je refuser la soumission. Es ce que défendre quelqu’un montre une preuve quelconque de hiérarchie ? J’en doute, tous ces codes la disparaissent quand la vie d’un être cher est en jeu. Entrouvrant la gueule, je gardais les yeux rivés sur le mâle me disant qu’il était bon de défendre nos causes. Je remarquais tout a fait ô combien nous nous ressemblions et au plus profond de moi, j’osais espérer qu’on puisse se comprendre.

      « L’odeur de cette meute a emplie nos poumons a l’instant même ou le souffle de l’avalanche nous l’a mené. La panique de nos maitre en voyant des tailles comme la votre les force a être plus ou moins dangereux. Ils ne ressentent pas le danger de la même façon que nous voilà pourquoi les fusils et autres armes sont présentes. Nous n’avons d’autre choix que de rester ici le temps qu’on puisse trouver un autre chemin nous menant à notre destination. Je vous pries simplement de comprendre notre situation, nous ferons vite et partirons dès que nous en aurons l’occasion. »


    Regardant Ienisseï commencer à grogner contre le Louveteau, je tournais la tête vers Jefferson et me retournais vers le mâle gris et repris a nouveau la parole.

      « Nous sommes près à nous battre pour les défendre si nous n’avons pas d’autre issus. Cependant je doute que la force soit égale et je ne donne pas cher de notre peau mais malgré ca et personnellement ce n’est pas ce qui m’arrêtera si je peux m’assurer qu’il sera toujours en vie. »

Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité
avatar



MessageSujet: Re: [Event] L'avalanche et les intrus [Chiens, Humains et Celestial]   11.06.10 17:19

    Me laissant désagréablement surprendre, ce fut alors qu’un cri aigu et discontinu parcourut longuement ma gorge. Tout c’était passé vite, et rapidement je sentis les crocs du chien venir a la rencontre de ma peau. Je fermis les yeux, ne cherchant pas a me défendre. De toute façon, je ne pouvais strictement rien faire pour le moment. Déglutissant très difficilement, je toussais avec difficulté, recrachant du sang par la même occasion. Cette saloperie de clébard m’avait chopé a la gorge… Portant du coin de l’œil, je perçus deux silhouettes que je connaissais très bien, Kaïlash et Idiltarod étaient là… Criant un non aussi fermement que je pus, je vis quand même mes deux chiens se jeter sur le mâle roux, un lui mordant l’échine pendant que le croisé malamute s’en pris a son cou, ses carotides. Et ca, dans un même geste, je sentis le chien lâcher, entendant la voix de l’homme qui raisonnait. Je me retournais sur la neige, attrapant autant de neige que je pus pour me la coller sur la plaie mais pour le moment, cette dernière ne semblait pas vouloir faire arrêter mon sang de couler. Des larmes de douleurs étaient apparues, et c’est entre deux sanglots que je rappelais mes chiens qui arrivèrent incroyablement vite. M’accrochant au dos de Kaïlash pour qu’il puisse me hisser jusqu’au campement, je remarquais avec plaisir que n’y l’un ni l’autre n’avait de sang dans la gueule. Cela signifiait qu’ils avaient juste émis une pression sur le chien sans pour autant le blesser. Je savais qu’ils n’étaient pas comme cela, et fond, ca me réconforta, me fis plaisir.

    Lâchant mon chien quand il me déposa près de la tente, j’avais refusé observer les alentour, voir ou étaient les Loups. Prenant appuis sur un traineau, je me mis à genoux, soufflant un peu puis me mis enfin debout. Je me sentais drôlement faible… M’avançant vers une sorte de table, je tins un verre d’eau et le bu d’un coup sec malgré l’horrible situation dans laquelle nous nous trouvions. Regardant Gao se faire attacher du coin de l’œil, je me demandais encore comment on pouvait garder un chien comme celui-ci encore en vie. Il fus un temps, j’avais crus en ce chien, en ces capacité a redevenir quelqu’un de bon. Mais depuis quelque temps, ce n’était que du passé. Il n’y mettait jamais du sien, jamais aucune bonne volonté… Secouant la tête en passant furtivement ma main sur ma plaie je sentis que le sang venait de coaguler et de se geler. Par chance… Sortant de la tente, je rappelais mes chiens a l’ordre en accélérant le pas quand j’aperçus me chienne de meute grogner contre le Louveteau de toute a l’heure. La rattrapant par le collier, je lui caressais le haut du crâne et la garda près de moi…
Revenir en haut Aller en bas

Shaytan

MERCENAIRERoxxeur.

avatar

Féminin
Nombre de messages : 5784
Age : 24
Date d'inscription : 26/07/2006


Votre personnage
Meute et Grade: Mercenaire
Alignement dans la guerre: Neutre
Relations:

MessageSujet: Re: [Event] L'avalanche et les intrus [Chiens, Humains et Celestial]   12.06.10 15:03

    Fenrir était resté aux côtés des Celestials pour veiller sur ma meute durant mon absence, alors que j'allais à la rencontre des autres dominants. Malgré les résistances de mon shaman, je savais qu'il fallait que cette conversation ai lieu un jour ou l'autre. Et la reporté ne ferait qu'empiré les choses. Car tout les soupsons étaient confirmés, à présent. Les Devils étaient bel et bien de retour sur les terres de Wolf Angel. Il était inévitable que la guerre entre eux et les Angels reprenne, chose que je ne désirais pas. Snotra me suivait silencieusement, prête à m'épauler dans cet événement à venir. À défaut d'avoir le fils d'Odin à mes côtés, ma garde du corps m'accompagnait. Il n'avait pas été facile de convaincre les dominants de faire cette rencontre, et il serait probablement encore plus dur d'éviter que tout cela tourne au vinaigre. J'avais choisi un terrain neutre et qui conviendrait sûrement à tout le monde, la plaine. Une fois arrivé sur place, je me rendis compte que j'étais la première arrivée. Je m'étais installé sur un petit rocher, ma queue blanche entourant mes pattes. Étant habituée au terres froides du Nord, je trouvais l'endroit légèrement chaud. Mais peut importait. Le soleil brillait dans le ciel et aucun nuage ne se pointait à l'horizon. Ils seraient calmes pour discuter. Finalement, les autres loups étaient arrivés. Humbra, fière dominante des Angels, fût la première, rapidement suivit du couple qui dirigeait les Sakarites. Ils étaient les seuls à être deux à la tête d'une meute d'ailleurs. Pour le moment, du moins. Je savais que les fils de dieux ne trouveraient certainement pas de compagnons de si tôt, mais moi je n'avais pas perdu espoir de peut être un jour, rencontrer quelqu'un. Enfin, le dernier et non le moindre, Hammeren, arriva sur les lieux. Déjà, on pouvait sentir les tensions qui habitaient les dominants. Je m'étais mise

      _ Vous savez tous pourquoi je vous ai convoqué ici. Il est ..

    À peine avais-je commencée qu'une symphonie de hurlement strident se firent entendre. Malgré que les terres du Nord se trouvaient à plusieurs kilomètres d'ici, la puissance et le nombre de loups qui avaient envoyés cet appel avaient suffit à ce qu'il s'étende sur les terres de Wolf Angel. Je fus prise d'un frisson et releva brusquement la tête en observant les dominants face à moi. C'était un appel des Celestials, j'en étais sûr. Le devoir m'appelait sur mes propres terres, mais était-ce une bonne idée de laisser les autres dominants en plan comme cela ? Finalement, après brève discutions avec les dominants, nous décidèrent de reporter cette réunion. Le dominant des Devil fut le premier parti, suivit de près par le couple. J'avais jeté un bref regard à Humbra, lui avait fait un signe de tête, puis je m'étais mis à courir, Snotra à mes côtés. J'avais un mauvais pressentiment concernant les Celestials et j'étais furieuse contre moi-même. Pourquoi n'avais-je pas écouter les judicieux conseils de Fenrir ? Il avait pourtant tenter de me convaincre de faire la réunion plus tard, mais je ne l'avais pas écouter.

    Tout était redevenu calme, à présent. Mais l'appel de détresse résonnait toujours dans mon crâne et il me motivait encore et toujours à avancé. Plus vite. Seul nos deux respirations se faisaient entendre, le bruit de nos pattes étant presque silencieux sur le sol. Des heures étaient passés maintenant, et nous nous rapprochions tranquillement mais sûrement des terres de Sibeska. Le chemin entre la plaine et les terres glaciales était très long. D'autres hurlement se firent entendre. Je pencha la tête et accéléra davantage l'allure. L'adrénaline me donnait les forces nécessaires pour continuer de courir. Bientôt, je sentis l'air froid commencé à souffler sur mon visage. Nous approchions. Plus qu'un tout petit effort et je me retrouverais enfin aux côtés des miens pour voir ce qui se passait. Lorsque je mis finalement les pattes dans la neige, je ralentis légèrement l'allure. J'étais essoufflée d'avoir autant couru, tout comme Snotra à mes côtés. Heureusement que j'avais passé du temps à m'entrainer, car beaucoup de loups ne se seraient même pas rendu jusqu'ici. Il ne me fallu pas beaucoup de temps pour découvrir d'où étaient venus les hurlements. Au loin, je pouvais voir le mont des vents. Mais il avait quelque chose de changer. La longue crevasse qui servaient de chemin n'était plus. Un avalanche ? Non, c'était sûrement pire.

    Lorsque j'arriva finalement à proximité des lieux, je compris la raison de tout ces agitements et mon poil se dressa sur mon corps. L'odeur des bipèdes et de leurs chiens pouvait se sentir à des centaines de mètres. Et celle des loups aussi. Pourquoi ces satanés humains étaient-ils revenus ici ? N'avaient-ils pas fait assez dégâts par le passé ? Je ne les avaient jamais connus personnellement, mais ma mère et ma soeur m'en avaient souvent parler. Toutes deux m'avaient toujours dit de se méfier, qu'ils étaient dangereux. Ils possédaient des armes et des machins capable de nous exterminés en un rien de temps. Du haut de la colline de neige où je me trouvais, je lança un long hurlement d'avertissement. Pour avertir les Celestials de mon arrivé, mais également pour leur dire de faire attention et de se tenir à l'écart. Heureusement, j'avais sentit l'odeur de Fenrir non loin. Bien que pas toujours très à son affaire et un peu foufou, j'avais confiance en lui. Je savais qu'il pourrait se montrer sérieux et responsable dans ce genre de situations.

    Oubliant la fatigue qui me submergeait, je m'élança à nouveau en direction des Celestials, pour voir de plus prêt se qu'il se passait. Quelques minutes s'écoulèrent, puis j'arriva finalement aux côtés de Fenrir. En voyant des bâtons de feu sur le sol, sûrement destinés aux loups, un grognement sourd sortit de ma gorge. Mes oreilles étaient durement plaqués sur mon crâne et j'observai en biais le fils d'odin.

      _ Que se passe-t-il ici ? Pourquoi les bipèdes sont-ils sur nos terres, Fenrir ?

    Je ne savais pas du tout ce qui c'était passé et devinait l'énervement des loups autour de moi. Je leva la tête et observa les loups éparpillés un peu partout autour de moi, certains blessés. Je me mis à hurler à nouveau, pour tous les rappelés près de moi. Les humains étaient dangereux et il ne fallait pas s'en approcher, surtout pas seul. Je n'avais aucune idée qu'un pauvre imbécile s'était lancé en plein campement humain et je m'adressa donc aux loups près de moi.

      _ Écouter. Quoi qu'il arrive, pour le moment nous ne pouvons rien faire contre ces bipèdes. Ils sont armés et dangereux. Nous devons avertir les autres et ensuite, nous agirons en conséquence.

    Soudain, l'odeur d'un Celestial, mélangé à celle des humains et des chiens, vint jusqu'à moi. Il y avait encore des nôtres avec ces envahisseurs ? J'observai les loups près de moi, puis jeta un coup d'oeil vers le campement humain. C'était la première fois qu'un événement de tel envergure se passait sur les terres des Celestials depuis que j'en avais été nommée dominante. J'avais peur de ne pas être à la hauteur, de sentir les regards désapprobateurs sur moi. Je savais que j'avais le soutiens de Fenrir quoi qu'il arrive, mais les autres ? Prenant une profonde inspiration, je reporta finalement mon attention sur les loups à mes côtés.

      _ On doit sortir cet idiot de là. Ensuite, on retourne dans la grotte de la meute et nous voyons.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tropcurieux.com

Invité

Invité
avatar



MessageSujet: Re: [Event] L'avalanche et les intrus [Chiens, Humains et Celestial]   12.06.10 17:49

[ Désolée de changer de point de vue en cours de route ^^' ]
    Tout était confus. Les grondements et les cris jaillissaient de partout, et des formes mouvantes ne cessaient d'apparaître ou de disparaître dans mon champ de vision. Pendant un court instant, je me sentis perdu, incapable de me décider, de réagir. Je n'étais qu'un loup face à des forces trop puissantes pour que je puisse y faire face seul. Je ne pouvais pas protéger les Celestials, protéger cette meute qui m'était si chère à moi tout seul. C'est pourtant ce que, au fond de moi, j'ai toujours espéré être en mesure d'accomplir. Pour que nul ne souffre de la mort d'un proche. Mais ce n'était qu'un rêve illusoire, une utopie qui ne se réalisera jamais.. La guerre est toujours sale. La guerre se mène à plusieurs ou pas du tout. Je secouais la tête, laissant derrière moi le gamin insouciant pour laisser ressurgir le combattant chevronné, celui qui n'essayait pas de trouver un sens à la vie. Celui qui se contentait de réfléchir au mieux et de se battre. Presque un étranger. Je pris une profonde inspiration pour me calmer.

    Je fixais de mes yeux vert sapin le jeune loup imprudent qui était encore face à moi. Il se lança dans un grand discours. Ses arguments étaient plutôt logiques mais je ne pouvais pas surmonter le passé. Quelle ironie. Moi, qui ne jurait que par le présent, j'étais incapable d'oublier le révolu. Pourtant... Oui, bien sûr, les humains pouvaient choisir une option différente de ceux que j'avais connus. Mais comme le prédateur ne s'entendra jamais avec sa proie, peut-on vraiment espérer que deux modes de vie aussi différents puissent coexister ? Je n'y croyais guère. Mais, bien sûr, je n'étais pas objectif, malgré tous mes efforts... Tout comme toi, gamin. Tu n'es pas objectif puisque tu as le souvenir de bipèdes "gentils". Ah, je n'arrive même pas à penser à cet adjectif collé à ce nom sans frémir. Cela semble tellement surréaliste ! A ce moment, l'un des humains prit des morceaux de viande séchée et en lança quelques-uns vers nous. Je me méfiai aussitôt. Je connaissais aussi le poison, et les agonies des loups qui avaient le malheur de s'y laisser prendre. Je dus faire un effort pour ne pas reculer et gronder davantage, ce qui, bien sûr, n'aurait qu'aggravé la situation. Le jeune loup, quant à lui, prit ce geste pour une demande de paix. Parce qu'il se souvenait d'avoir déjà été nourri par les bipèdes ? Moi, je n'estimais pas cela suffisant. Oui, ils n'étaient pas là pour nous attaquer mais, à la base, les autres n'étaient pas non plus venus pour nous traquer ! Décidément, je ne pouvais pas leur faire confiance. Pas aussi facilement. Pas même si le bipède offrait l'une des lanières à son chien, prouvant que les autres n'étaient sans doute pas empoisonnées.

    Avant que je ne puisse lui répondre, le loup nain détala vers les humains. J'ouvris des yeux ronds comme des soucoupes, et songeai trop tard à le poursuivre. Je lâchais un juron. Je n'osais pas m'approcher moi-même et je me contentais de le regarder avaler une lanière de viande. Bien trop près des fusils à mon goût. Décidé à ne pas me concentrer exclusivement sur l'un des membres de la Meute, je regardais tout autour de moi. Je vis Lesrak, qui manifestement voulait qu'on s'en aille. J'étais plutôt d'accord avec lui, mais... ça serait aussi abandonner le jeune loup, là-bas. Je ne pouvais m'y résoudre. De tous côtés, je pouvais aussi voir des loups aux crocs dévoilés, d'autres cachés dans les fourrés et dans la neige, prêts à la bataille. Des chiens sortaient de la neige, peut-être un peu sonnés mais vivants. Là ! Ma tête pivota, bien que mes oreilles, elles, restaient pointées vers le trio d'imbéciles en face de moi. Un humain venait dans notre direction, tenant fermement un chien. Je leur aurait sans doute plus prêté attention si l'autre chien, celui qui avait mangé de la viande, ne s'était avancé. Aussitôt, je dévoilai mes crocs blancs et mes grondements s'intensifièrent. Je n'avais pas l'intention de l'attaquer mais refermerai mes mâchoires sur sa chair sans hésitation si lui le faisait. J'étais prêt, et le reste ne dépendait que de lui. Je fixai mon regard dans le sien, menaçant. Il n'avait pas l'air d'en mener large, pourtant il semblait décidé à me tenir tête. Courageux ou suicidaire ? Un question que je m'étais souvent posée pour ma propre personne... avant de trouver une troisième alternative. Je détaillais l'animal, plus attentif à ce que je pouvais deviner de ses capacités de combat qu'autre chose, car rien d'autre ne comptait plus à présent. Il me paraissait évident qu'il venait chercher la bagarre. Je remarquais cependant à quel point nous étions semblables, il était clair que nous avions des ancêtres communs. Sans doute lointains... mais quand même. Enfin, sans doute pas avoir moi précisément, ça me paraît un peu difficile... mais avec les loups, bien sûr que oui. Le mâle ouvrit alors la gueule. Je me tendis, très concentré. Mais il se contenta de parler - du moins, c'est que je crus comprendre, car il avait un accent abominable, et j'avais quelque difficultés à saisir le sens de ses paroles. Je passais un bon moment à essayer de comprendre ce que le chien avait voulu dire. Je finis par conclure que... leurs bipèdes... uk, je n'y arriverai jamais... avaient peur de nous, et d'une. Mwarf mwarf, avec raison. Un combat provoquerait de lourdes pertes de notre côté mais aussi du leur. Je compris aussi que tout ce petit monde était là contre sa volonté, et qu'ils désiraient partir... Eh bien, là, je n'y voyais curieusement aucun inconvénient ! Tout de suite, même, s'ils le désiraient ! Je fus très déçu d'apprendre qu'ils n'avaient aucun moyen de déguerpir. Enfin, je pris bien note que, ce chien-là au moins, était prêt à tout pour se défendre, lui et son... bipède. Décidément, ce truc me reste vraiment dans la gorge. C'est tellement inconcevable pour moi... Je m'apprêtais à répondre, en parlant lentement et en détachant bien les mots, ce que nous désirions. Nos craintes - ou peut-être surtout les miennes - face aux bipèdes.
    Mais soudain, une odeur parvint à ma truffe, une odeur qui attira aussitôt mon attention.

      « Manwë ! » lâchais-je, soudain presque fou de joie.

    Et il y avait de quoi. Revenue de la réunion, sans doute prévenue par nos hurlements, notre Dominante était enfin là. Je reculais de trois pas pour pouvoir détourner mon regard du chien sans pour autant baisser ma garde. Pour le surveiller efficacement et prévenir une attaque, j'avais en effet besoin d'une plus grande distance entre nous, sans mes yeux. Man' me demanda d'abord ce qui se passait. Puis elle prit la décision de se retirer pour le moment, chose avec laquelle j'étais plus que d'accord... oui, sauf que, il y avait l'autre, là. Et Man' s'en rendit rapidement compte aussi. Et décida d'aller le tirer de là. Je souris, presque amusé de constater que les Celestials ne changeaient pas. Tant qu'on peut le faire, on essaye de soutenir les autres membres de la Meute... Ouaip', ça me va tout à fait. Je répondis donc à la première question de Manwë, tout en développant mes propres idées sur la question, bien sûr. Non seulement parce que je ne pouvais m'en empêcher mais aussi parce qu'un autre point de vue sur la question pouvait lui être utile.

      « Je n'étais pas sur les lieux, donc je ne peux que te dire ce que j'ai compris. Ces bipèdes et leurs chiens ont été pris dans une avalanche. Pas de bol, il faut l'avouer. Je pense que certains en sont morts. Impossible d'en être sûr, mais le contraire serait étonnant. Ils ont dû s'extraire de la neige, et, là, ils ont été repérés par les nôtres. C'est devenu très tendu et un peu confus, il y a eu des combats brefs, et l'autre inconscient, là, s'est carrément mis en tête d'aller leur dire bonjour... ».

    Je ne parvins pas à laisser ma colère, ma peur aussi, ne pas se ressentir dans ma voix. Je n'aimais pas du tout ce qui se passait. Cela dit, je devais vraiment tenter de passer outre et de rester clairvoyant, ou au moins calme et l'esprit dégagé.

      « Il a dit qu'il avait déjà connu des humains... sympathiques, autrefois, et voulait démontrer que ceux-ci n'étaient pas agressifs, » expliquais-je. «Avec un peu de chance, il a raison et ne se fera pas tuer. Je conseillerai donc de ne pas y aller en force, ce qui ne servirait qu'à déchaîner la violence. Mais... en même temps, j'ai très envie de leur tomber dessus. Je ne suis pas du tout objectif, comme tu le sais, aussi... »

    Je ne terminais pas ma phrase. Je craignais de me laisser dévorer par la fureur, même injustifiée, et d'autre part Manwë savait très bien de quoi je parlais. Bref, sur ce coup-ci je ne pourrais sans doute l'aider que comme un soutien en cas de combat, certainement pas en négociateur. Autrefois, j'aurais sans doute imité le loup nain - dont je ne connaissais, d'ailleurs, toujours pas le nom - et aurait invité les humains et leurs chiens au jeu. C'était ce que j'aurais fait, sans me soucier des risques. Aujourd'hui, je ne me souciais toujours pas des risques pour moi-même, mais rester à ma place et ne pas les attaquer.... Rien que cela m'était difficile, personnellement. Je ne tenais, essentiellement, qu'en pensant aux autres. Voilà une facette que je ne me connaissais pas : l'amertume et la haine. Etais-je vraiment incapable de pardonner à ces humains les crimes qu'avaient perpétrés d'autres d'humains ? En sachant qu'ils n'avaient probablement rien à voir entre eux ? Je l'ignorais sincèrement, et cela me terrifiait plus que n'importe quoi d'autre. Je me sentais même assez misérable.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité
avatar



MessageSujet: Re: [Event] L'avalanche et les intrus [Chiens, Humains et Celestial]   13.06.10 9:34

      Gao n'était pas prêt de lâche cette femme qu'il détestait tant. Comment avait-elle osé interrompre en plein affrontement ?! Le nordique roux et blanc n'était plus lui même, confondant le sang qui coulait dans sa bouche avec celui du loup qu'il avait attaqué. Ce dernier était d'ailleurs parti, du moins c'est ce que pensait Gao. Mais alors qu'il grognait encore de rage Thomas s'approcha de lui. Il resserra encore plus ses mâchoires sur sa prise, alors que deux des chiens de Skye lui sautèrent dessus pour défendre leur musheuse. Au bout d'un certain temps, Gao du lâcher prise. Il se retourna vers les deux chiens de la musheuse, mais Thomas serra un peu plus le filet. A moitié étouffé, Gao se mit aux pieds de son maitre, avant de tousser. Thomas se mit en marche. Gao ne voulait pas le suivre. Plusieurs fois, il tenta de s'en alla, avec de violant écart. Mais à chaque fois le roux et blanc fut un peu plus étouffé. A un moment, il tira tellement fort qu'il dut s'arrêter en toussant. Gao ne comprenait pas pourquoi pas pourquoi il était étouffé, et il grognait à chaque fois. Mais peu à peu, il dut se résigner. Sa patte lui faisait terriblement mal.

      Arrivé au campement, Gao ne marcha plus que sur trois pattes, suivant péniblement son maitre. Ce dernier l'attacha à une chaine. Le son que faisait les maillons enragea Gao, qui se mit à aboyer, à hurler de haine, comme s'il se battait. Gao se tortilla dans tout les sens, sautant dans le vide, se ramassant la gueule à chaque fois qu'il sautait comme un imbécile. Son maitre l'avait trahi, ainsi, les Hommes étaient tous les mêmes: des Traitres !! Mais au bout de plusieurs minutes, Gao arrêta de sauter. Il se laissa tomber lourdement sur le sol. A force de sauter en l'air comme un fou, sa plaie s'était rouverte, et le sang coulait de nouveau. Gao ne se savait pas en sécurité ici, attaché sous cette tente, mais tant pis. Allongé de tout son long, comme un mort, Gao ferma les yeux, se concentrant sur sa douleur pour faire passer le temps.


Dernière édition par Gao le 14.06.10 15:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité
avatar



MessageSujet: Re: [Event] L'avalanche et les intrus [Chiens, Humains et Celestial]   14.06.10 12:30

[Hey, les louloups, c’est bien vous répondez plutôt vite ! Le topic avance, nickel ! Cependant, certains doivent faire un peu plus attention à ce qu’il se passe. Gao, pour l’exemple. Les chiens de Skye ne lui pincent pas l’oreille. C’est illogique (et pas ce qu’elle a écrit, qui plus est) ! Un chien qui défend son maître ne va pas s’amuser à pincer l’oreille d’un autre et c’est encore moins ça qui le fera lâcher, voyons ! Enfin voilà, je sais qu’il y a beaucoup de postes mais faites au moins attention à ce qui a été dit sur votre perso précédemment ! °° (PS : attention, ça ne concerne pas tout le monde, hein !)]

    Jefferson regarda le petit loup s’approcher et prendre la lanière de viande séchée. Il en sourit et murmura quelques mots de félicitation au loupiot. C’était un bon début ! Apparemment, le fait d’avoir montré que la viande n’était pas empoisonnée ou autre en la donnant d’avoir à Dii’ avait fonctionné. Fasciné par l’intelligence des fauves, Jeff écarquilla les yeux. Il ne fit aucun autre geste, se doutant que le moindre mouvement esquissé pourrait se retourner contre lui, pourrait être mal interprété par les bêtes sauvages. Ce n’était pas vraiment le moment d’y laisser sa peau, à vrai dire. Lui qui mettait tant d’effort à ce que le message soit clair : on ne voulait pas la guerre.

    Comme un soutien indispensable, Diix’yte s’avança. Jeff eut un geste pour retenir son chien, il encercla le cou de l’animal de ses deux bras, le priant de faire attention à voix haute mais faible. Mais le jeune homme finit bien vite par lâcher son chien, il savait qu’il serait prudent et … s’il le fallait, l’humain était prêt à se jeter dans la bataille qui pourrait éclater pour séparer les crocs de la chaire. Quitte à y perdre quelque chose. Quitte à ce que ce soit la vie.

    Le dévouement d’un chien pour son maître est quelque chose d’unique. Une fois le lien créé, c’est indestructible, violent, fusionnel. C’est lien a été établi entre les premiers hommes et les loups. De ces derniers descendent les chiens. Et nous connaissons désormais tous leur loyauté. Mais saviez-vous qu’un humain était aussi fidèle à son chien que celui-ci envers lui ? Saviez-vous qu’un tel amour naissait entre eux deux que si l’un était prêt à sacrifier sa vie pour l’autre, ce même autre en ferait autant sans hésiter ? Saviez-vous à quel point cette relation fusionnelle pouvait être puissante ?

    Jefferson observa les mimiques de son chien de tête. Il en reconnaissait certaine. Notamment cette position ni soumise, ni dominante qu’il adoptait bien souvent avec lui-même. Jeff et Diix’yte avaient passé le cap de montrer à l’autre lequel des deux était le plus dominant. Depuis un moment, déjà, Dii’ n’avait pas eu d’écart de conduite à son égard. Il ne se montrait jamais totalement soumis, cela dit. C’était dans son caractère. Entre eux s’était installée une amitié imparable qui dépassait de loin ce rapport hiérarchique. C’était ça, vivre en harmonie.

    Ciel, les loups étaient partout. Le campement devait être littéralement encerclé. Jeff ne pouvait pas vraiment juger et dire combien ils étaient mais cette peur qu’il tenta de refouler était tout de même bien présente. Il se doutait que les dégâts pouvaient être nombreux dans les deux sens. Leurs armes tueraient beaucoup de loups. Mais ces derniers viendraient facilement à bout des humains et de leurs chiens. Il fallait éviter le drame. Ils avaient déjà tant perdu dans l’avalanche.

    Il leur fallait comprendre qu’ils n’étaient pas une menace. Mais pour ça, il fallait surtout qu’aucun d’entre n’agissent brusquement. Alors, la voix légèrement coincée par la peur, Jeff s’agenouilla devant le petit louveteau avant de s’adresse comme il put à la première personne du campement à proximité de voix, sans qu’il n’ait à élever celle-ci. Il se tourna vers la personne en question, sans réellement la voir, en fait, et surtout sans se relever pour ne pas effrayer le louveteau :

    « Toi ! Ecoute-moi, il faut que tu ailles dire aux autres de ne surtout pas faire le moindre geste brusque. Qu’on dépose les armes devant les tentes. Si par hasard les louves savent ce que c’est, ils pourraient prendre peur et nous attaquer. Ces animaux sont plus intelligents qu’on ne le croit. Dépêche-toi mais ne cours surtout pas. Il faut que tu avertisses les autres. »

    La personne allait-elle seulement coopérer ? Jeff n’avait d’autres choix que de l’espérer. Il posa sa main sur l’échine de son chien, resserra sa prise sur son pelage dense en ce qui aurait pu être une caresse maladroite. Puis il lança une nouvelle lanière de viande au louveteau en lui parlant doucement :

    « Voilà petit bonhomme, il ne faut pas avoir peur. Tu vois. On n’est pas méchant. Dis-lui, Dii’ ! On ne vous veut pas de mal. Retourne dire ça à ta meute pour moi, tu veux bien ? »

    Evidemment, le musher ignorait tout de ce qu’avait dit son chien. Evidemment.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité
avatar



MessageSujet: Re: [Event] L'avalanche et les intrus [Chiens, Humains et Celestial]   15.06.10 17:26

Thomas savait qu'il aurait dut laisser Gao pour prendre un autre chien de barre, en vue de son foutu caractère très instable. Mais il n'avait jamais pu s'y résoudre. Au début, il avait pensé, même espéré, que tout s'arrangerait, et c'est ce qui était arrivé, un petit peu. Et puis, avec l'avalanche, tous les évènement s'étaient déchainés et il en avait oublié comment pouvait-être Gao, pris dans la tourmente. Le jeune homme se maudissait pour cela, et ce n'était pas de gaieté de cœur qu'il avait attaché son chien à la première chaine qu'il avait trouvé. S'il n'y avait eu qu'eux, il l'aurait détaché, gardant un oeil sur lui, mais il ne pouvait pas car il risquerait de blesser quelqu'un! Et pourtant, s'il le laissait accroché, Gao se trouverait bien pire, mentalement. Alors le jeune homme ne savait plus quoi faire. Pour le moment, il devait toutefois s'occuper de la plaie à sa patte. La blessure de Skye semblait avoir coagulé et après encore de multiples excuses, il se tourna vers son chien de barre. Cherchant du regard quelque chose, il attrapa un chiffon, ou du moins quelque chose du même genre, il ne savait plus trop, n'arrivant plus à réfléchir, et se rapprocha de Gao.

- Laisse moi regarder ta patte petit père.


Après avoir hurlé, sauté sur place et fait l'idiot, son chien s'était couché et avait fermé les yeux. Thomas craignait surtout que Gao n'ai la gentille idée de le mordre en guise de retour à sa condition actuelle. Mais il n'y pouvait rien, c'était lui qui l'avait voulu. Cherchant du courage pour affronter son chien, Thomas se retourna vers Sixtine et Shuksan, leur caressant tranquillement la tête. Au moins, il n'y en avait qu'un qui avait fait des bêtises, du moins pour le moment. On n'était pas à l'abri d'un autre problème. Thomas se retourna vers Gao, lui expliquant d'une voix la plus neutre possible pourquoi il l'avait attaché. Il ne comprendrait pas, mais cela le rassurerait. Le jeune homme commença à nettoyer la plaie de son chien. Il prit un peu de neige, n'ayant rien d'autre sous la main, et son chiffon. Tant bien que mal, le sang s'arrêta de couler, au bout d'un long moment d'effort. Le musher chercha alors à caresser la tête de son chien.

- Avec ta patte, tu risques pas de faire trop de bêtises. Mais au moindre problème, je te rattache t'as compris?

Encore des paroles certainement non comprises, mais son intonation devait expliquer le sens général des paroles. Thomas enleva la chaine, laissant à Gao son collier et un morceau du filet de tout à l'heure, au cas où. Oh, rien qui puisse le faire trébucher, mais assez pour avoir une certaine prise, au cas où. Il aimait son chien mais ne pouvait pas lui faire confiance, au vue du contexte actuel. Le jeune homme se leva, décidé à aller voir dehors ce qui se passait.
Revenir en haut Aller en bas

QuatreSouffles


avatar

Masculin
Nombre de messages : 971
Date d'inscription : 07/08/2009


Votre personnage
Meute et Grade: Druide
Alignement dans la guerre: Angel
Relations:

MessageSujet: Re: [Event] L'avalanche et les intrus [Chiens, Humains et Celestial]   15.06.10 20:14

Sestoran se retourna vers le loup quand il l'entendit parler. Il parlait sa langue! Avec un léger accent étrange, mais il parlait! Ils pourraient se comprendre! Il parlait qu'il ne voulait pas leur faire de mal. Tant mieux. Il préférait éviter de souffrir, dans sa misérable existence. Il comprit même ce que le chien disait, puisqu'il était très proche de lui à ce moment, alors que Fenrir, plus loin, semblait ne pas tout comprendre, de loin.

«Hey! Mais tu parles ma langue! Avec un léger accent, mais on peut pas demander la lune!Je dois aussi avoir un accent pour toi... Je vais es-sa-yer de plus ar-ti-cu-ler. On se com-prend mi-eux. Ou pas.
mais! J'avais raison! vous ne nous voulez pas de mal. »


Il fut très fier d'avoir eu raison devant les autres. Il n,était pas un si grand imbécile,la la la la lèreuh! Puis, il entendit le message de Manwe, puis celui de Fenrir. Un idiot? Un INCONSCIENT? Et eux, ils étaient quoi? Des grosses brutes épaisses poilues peureuse à cause de p'tite bête rose qui marchent sur deux pattes avec des bâtons qui crachent le feu? Non, ils étaient des loups prudents et géniaux. Mais bon, il se permettaient d'insulter un pauvre loup nain. Et dire qu'il fallait le sauver! Non mais, il se sauverait tout seul s'il le voulait! Il se retourna d'un coup vers eux!

«J'entends, vous saurez! Je suis peut-être nain, mais pas sourd! Et je préfère le terme «Loup courageux prenant de grands risques pour sa meute»! Bon, idiot et insensé vont tout de même convenir.
Et justement! J'avais raison! Le quadrupède à accent dit qu'ils ne nous veulent pas de mal! Et les lanières de viandes sont bonnes et comestible! Je vais rester quand même, pour qu'ils nous acceptent progressivement. Un loup fait moins peur qu'une meute, surtout s'il est nain et débile!
Et vous avez raison, je suis un idiot insensé. Mais il faut être fou pour survivre dans ce monde! C'est aussi fou d'aller dire bonjour aux bipèdes que d'essayer de les attaquer! »


Il avait crier ça, se retenant pour ne pas se mettre en colère des insultes. Tant pis pour eux, il devrait rester un héros méprisé et solitaire. Et nain. Il les laissa donc faire et il se retourna vers l'homme et le loup.

Ils ne l'insultaient pas, eux. Ils acceptaient d'essayer de faire la paix avec l'autre clan, eux. Ils lui lançaient de la viande, eux. Ils lançaient même un deuxième morceau, eux. Ils lui parlaient doucement, eux. Il ne le traitaient pas de petit imbécile, d'idiot ou d'inconscient, eux. Ils ne sousestimaient pas sa capacité à se sauver, eux. Et il ne comprenait pas la moindre chose de ce qu'ils disaient, eux. Il se retourna vers Diix'yte, sa nouvelle interprete.


«Hey! Toi! Le chien. Désolé, je ne connais pas ton nom. Moi, c'ets Sestoran. Ses-to-Ran. Il dit quoi, ton maitre? je ne comprend rien de ce qu'il marmonne. ça a l'air gentil. Est-ce qu'il comprend ta langue? Peux-tu lui dire qu'on ne lui veut pas de mal? Et qu'il a fait un bon choix pour ces lanières de viandes? êtres courageux et débile, ça rempli l'estomac. Il est sympa, ton maitre. Alors, c'est quoi ton nom déjà? Et pourquoi il met sa main sur ton dos?»

Dit-il, sympatique. il était maintenant très proche de l'humain, à portée de main, même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité
avatar



MessageSujet: Re: [Event] L'avalanche et les intrus [Chiens, Humains et Celestial]   16.06.10 12:02

    Je regardais la scène sans mot dires. Ces humains et ces chiens me rappelaient de trop mauvais souvenirs. Je serrais les dents pour ne pas leur sauter dessus. J'observais les loups à ma droite. Le jeune loup était très fier de sa performance. Tant mieux pour lui. Mais le jour où il se fera attraper par ces bipèdes de malheur, il rira moins. Je poussais un soupir. C'est alors qu'une grande louve blanche arriva auprès du loup gris. Elle imposait le respect et l'écoute. Ses yeux parcoururent les alentours puis elle prononça des ordres. J'entendis son nom : Manwë. Mon regard s'éclaira. Elle était l'Alpha de la meute des Celestials. Je quittais ma cachette improvisée et m'avançais vers les loups de mon clan. Je les saluais respectueusement.

    - Bonjour, je suis Tamina et je suis arrivée il y a peu chez les Celestials, expliquais-je.

    C'est alors que le loup nain revint vers nous, le sourire aux lèvres. Je l'avais vu de loin parler à la chienne. Un accent abominable, sans plus. Je le regardais de mes yeux saphirs. Il n'était pas très grand, mais son courage semblait immense. Toutefois, il me semblait un peu téméraire à mon goût. J'entendis alors les paroles de l'autre loup. Il avait raison. Le loup nain avait eu de la chance. Je restais là, de marbre, à attendre les instructions de Manwë.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité
avatar



MessageSujet: Re: [Event] L'avalanche et les intrus [Chiens, Humains et Celestial]   16.06.10 15:29

[avant l'avalanche]

Lorsque je me levais ce matin là, le soleil brillait. Une neige fine était tombée dans la nuit. L'astre de lumière commençait à peine sa lente ascension, mais sa lumière se répandait déjà sur les environs. Je me tournais en grommelant, puis soudain, un choc, une énorme boule de poils vient de grimper sur mon lit et commence méticuleusement à me nettoyer le visage...

_ Kumak ! Laisse moi !

Entre deux grands éclats de rire je tente de repousser mon chien de tête, qui, -n'y voyez pas de jeux de mots débile- n'en fait, comme d'habitude, qu'à sa tête. Renoncant à l'envoyer valser, j'enroule mes bras autour de son cou, et l'attirant vers, s'ensuit une bataille mémorable. Fatiguée, je me laisse tomber comme une masse sur le lit, et prenant mon courage à deux mains, je sors de là et me dirige vers la douche. Une douche bien froide, ça réveille. Bien sûr, il faut que mon téléphone sonne. Trempée, je bondis hors de la douche, et je cours vers le téléphone, je glisse, me rattrape, et décroche maladroitement le combiné.

_ Oui ? Ici, Virginia Clarkniss...
[...]
_ Oh ! Maxime ! Tu arrives dans 5minutes ? Mais je ne suis pas encore prête !
[...]
_ D'accord je me dépêche ! Entre quand tu arrives, la clé est toujours planquée sous la dalle descellée. Bisous !


Soudainement pressée par le temps, je me précipite dans la salle bain. Bien sûr, il m'en fallut de peu pour que je glisse. Je me maquillait vite fait, appliquait une tonne de crème hydratante bien grasse en prévision de la course, et m'habillait le plus chaudement possible, tout en essayant d'être la plus rapide possible. Un grand fracas se produidit derrière moi. Alors que je m'appuyais sur une de mes étagères, j'avais poussé les livres posés dessus et tout s'était cassé la figure. Tant pis, je nettoyerais ça plus tard...
J'entendis la porte claquer à l'étage du dessous. Enfilant mes chaussettes, j'allais dire bonjour à mo meilleur ami. Un câlin s'imposa. Et je ne m'arrêtais que lorsque j'entendis mon Kumak grogner. Monsieur le possessif va ! Je lui fit une gratouille sur la tête. Où étaient donc Mekreex et Eliah ? Je les appelais. Quelques minutes plus tard, je vis mon chien de meute se ramener tranquillement, l'air fier, il posa un regard dédaigneux sur Max et s'assit. Il était suivit de près par mon adorable "capsule", qui comme à son habitude, alla dire bonjour à mon mon meilleur ami la queue légèrement entre les jambes, tête basse. Je m'accroupissait face à elle, et lui plaquait un bisou sonore sur le museau. Je vis sa queue remuer. Puis je fis un signe à Kumak, qui comprenant immédatement ce que je voulais, lança un aboyement bref. Mes trois chiens se positionnèrent calemement, attendant que je leur mette leur harnais.
-------------------


[après l'avalanche]

Tout était calme, et soudain, ce fût le départ. Je faillis tomber de mon traîneau, mais je tins bon. Je ne devais pas perdre Maxime de vue. Collée à son traîneau, j'avais l'impression de voler. Jamais mes chiens n'avaient couru si vite. Du moins, à l'entrainement...
Kumak devint soudainement très nerveux, et alors que je faisais ralentir mon atelage. Tout devint silencieux, un grand bruit m'affola, et tout devint noir. Dans ma panique j'avais dû dermer les yeux. Ce fut Kumak qui me déterra. A peine avais-je ouvert les yeux qu'il me sautait dessus. Je repris vite mes sens, et commencait à dégager mes jambes. Mais une question cruciale se posa. Où étais Maxime ? Je me relevais, et parcourut les quelques mètres qui me séparaient d'un tronc où je voulais m'asseoir.
Un traineau en dépassait. Ma bouche s'ouvrit, et rien ne sortit. Le hurlement qui avait prit possession de moi était silencieux. J'étais choquée.Mais bien vite, je me reprenait, j'appelais à l'aide. Jefferson et Thomas prirent les choses en main. Après avoir dégagé Max, ils l'emmenèrent dans une tente. Je restais avec lui, laissant les autres se débrouiller seuls. Kumak resta avec moi.

_ Kumak.. Mon beau Kumak... Merci...

Dis-je en entourant de mes bras sa bonne bouille. Un bisou sur le museau plus tard, et je sortais pour retrouver mes deux autres compagnons. L'angoisse me prit. Où étaient-ils ? Je les appelais, un aboyement me fit écho. Et deux chien harassés de fatigue tombèrent à mes pieds. Je les tirais l'intérieur de la tente. Puis je les frictionnait. Pour leur redonner des forces, je leur servit une bouillie de graisse et de marquereau. Remède idéal contre les gros coups de fatigue. C'était Max qui m'avait appris ça... Je jettais un regard désespéré vers mon ami. Puis je sortis.
Ce que je vis me laissa sans voix. Non seulement nous avions été pris dans une avalanche, mais en plus, des loups avaient décidé de venir voir ce qu'il se passait... Jefferson m'invectiva, il tentait de garder son calme.

Toi ! Ecoute-moi, il faut que tu ailles dire aux autres de ne surtout pas faire le moindre geste brusque. Qu’on dépose les armes devant les tentes. Si par hasard les louves savent ce que c’est, ils pourraient prendre peur et nous attaquer. Ces animaux sont plus intelligents qu’on ne le croit. Dépêche-toi mais ne cours surtout pas. Il faut que tu avertisses les autres.

Je lui répondis d'un signe de tête affirmatif. Puis faisant lentement demi tour, je prit les armes et les posait devant la tente. Je fis ensuite le tour de toutes les tentes, confisquant les armes, avertissant tout le monde. Au final, un tas conséquent d'armes en tous genre se dressait devant l'entrée de ma tente... J'espérait que les loups comprendrait que nous ne leur voulions aucun mal. Bien au contraire...
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité
avatar



MessageSujet: Re: [Event] L'avalanche et les intrus [Chiens, Humains et Celestial]   17.06.10 23:25

Lorsque la vie ne tient qu'à un fil ...
.



    Ma vie désormais était plus belle que jamais, j’étais sur le point de participer à l’événement le plus important de mon existence, et cette sensation me remplissait de joie, je ne pouvais être plus heureuse qu’aujourd’hui. Mes chiens étaient là tout près de moi, impatients de courir et de jouer un rôle qu’ils tiendraient à merveille, j’en étais convaincue. Ces bêtes étaient tout simplement incroyables et le lien qui m’unissait à eux était extraordinaire, car ils étaient, pour moi, les petits frères et la petite sœur que j’avais toujours voulu avoir et que je n’ai jamais eux. Puis, pendant que je confiais mes peurs et mes espoirs à Travanh, mon chien de tête, que je vérifiais le harnais de Roha et que j’enfilais les chaussettes à Musika, la tension était presque palpable. Je chargeais bientôt l’attelage, m’y installant avec une telle détermination qu’on aurait pu croire que ma vie en dépendait. Enfin, les autres mushers prirent place et j’adressais quelques ordres à mes chiens, me cramponnant de toutes mes forces en attendant le signal du départ.

    Après des secondes qui me parurent durer des heures, le coup de feu décisif résonna dans mes oreilles. Mes chiens bondirent en avant, secouant l’attelage au complet à un tel point que je faillis tomber. Mais je tins bon et plissais les yeux pour ne pas que la neige m’aveugle. Tout allait se jouer maintenant.

    J’essayais à présent de faire taire les battements de mon cœur qui résonnaient dans ma poitrine à grand coup. La course était commencée depuis combien de temps ? 30 minutes ? 40 minutes ? Je ne savais pas, j’avais perdu toute notion du temps et tout ce qui comptait pour moi à présent, c’était de franchir les obstacles sans me faire éjecter de mon siège. Maintenant, un vent de glace et de neige me martelaient la figure, m’aveuglant presque totalement. La seule chose que j’arrive encore à distinguer : Travanh, Roha et Musika, courant à vive allure pour faire avancer l’attelage sur lequel je me cramponne du mieux que je le peux. Comment suis-je sensée me tirer de là ? Que faire lorsque je perdrai de vue les autres mushers et que le froid et la solitude m’envahiraient complètement ? Mais quelque chose me tira de mes pensées inquiétantes ; mes chiens devinrent tout d’un coup nerveux et ralentirent l’allure brutalement. Quelque chose n’allait pas. L’attelage ? Une blessure ? Je me penchais légèrement sur le côté, essayant de distinguer une trace de sang dans la neige en cas de blessure, mais rien. Cependant, quelque chose mit fin à mes doutes ; un craquement, à la fois très proche et très loin, suivi d’un grondement qui semblait surgir du sol résonna. Il s’approcha de plus en plus près, jusqu’à couvrir tous les autres bruits qui m’entouraient, créant un vacarme énorme. Enfin, je vis une vague blanche happer les autres mushers et leurs attelages devant moi. Je n’eu le temps de comprendre, en quelques secondes ma vie défila devant moi, mon cœur ne fit qu’un bon, j’allais mourir, je le savais. Le froid m’envahit puis ce fut le noir, le noir complet. Je n’ai jamais accordé d’importance à la façon dont j’allais mourir, et alors que cette vague me happait cruellement, je ne pus que fermer les yeux et me laisser aller.

    [...]

    En sursaut je me réveillais, un calme plat soufflait, comme si quelque chose de grave s’était produit … ou allait se produire. Étais-je morte ? Ou encore vivante ? Travanh, Roha et Musika allaient-ils bien ? J’avais peur, c’était un jour différent, l’aube de quelque chose. Je ne me souvenais de rien de la dernière fois que j’avais ouvert les yeux, mis à part cette avalanche et ce froid mortel … qui m’envahissait toujours. J’étais ensevelie sous la neige, impuissante face à la nature. J’allais mourir lentement de froid et de faim, alors que mes chiens avaient besoin de mon aide. Non, ça, il n’en était pas question. Pas question que je les abandonne. Pendant plusieurs minutes, je cherchais un petit détail qui aurait pu me sortir de cette situation mais rien, c’était flou dans ma tête. L’oxygène commençait à manquer, mes membres étaient engourdis par le froid et la tête m’élançait. Enfin, je réussis à tourner un peu le cou, dégageant la neige et créant une petite bulle d’air autour de moi. Toutefois, j’avais conscience que, tôt ou tard, l’oxygène allait manquer. Pendant que la panique commençait à avoir raison de moi petit à petit, l’adrénaline monta en moi et je me débattis de toutes mes forces pour faire céder la glace qui m’entourait.

    Après des instants pénibles, la lumière m’aveugla enfin. C’était ça le paradis ? Cette lumière au bout du tunnel ? Mais non, j’étais encore en vie, j’avais réussi à me sortir de là et j’en étais presque déçue. Cependant, je repris mes esprits assez rapidement. Je m’extirpais de la neige avec difficulté et c’est en haletant que je m’allongeais sur le sol gelé, épuisée. C’est la qu’un poids énorme m’écrasa et mon souffle se coupa.

      ●● Travanh, merci mon beau.


    Réussis-je à formuler entre deux respirations. Je plongeais mon visage dans sa fourrure et je souris, puis explosa de rire.

      ●● Moi aussi je suis contente Travanh, mais lâche moi, tu m’écrases !


    Ce chien était incroyable ; à peine venait-il de se sortir d’une avalanche qu’il devait déjà attirer toute mon attention ! xD Puis, lorsque je réussis à me défaire de Travanh et que les battements de mon cœur redevinrent réguliers, je me relevais et regardais autour de moi ; deux ou trois mushers avaient réussi à se tirer de là avec leurs chiens et une fille dont j’ignorais le nom était en train de monter des tentes. Je me secouais péniblement pour me débarrasser de la neige qui restait collée à mes vêtements, alors que mes membres retrouvaient un peu de mobilité. Je me mis à marcher en m’appuyant sur Travanh, mes membres peinant à supporter mon poids après ce séjour dans la neige. Je repris rapidement un bon état et toutes mes pensées s’orientèrent vers Roha et Musika. Où étaient-ils ? Que faisaient-ils ? Étaient-ils encore seulement en vie ? Pendant l’avalanche, j’avais probablement été éjectée de mon siège à proximité de mon attelage. Je me mis donc à creuser frénétiquement autour de moi pour essayer de trouver quelle chose. Enfin, je poussais un soupir de soulagement ; ma main s’était posée sur une forme poilue, mais je n’eus pas le temps de réagir que des crocs transpercèrent ma main et je criais de douleur.

      ●● Aïe ! Saleté de chien !


    À ce moment, je n’avais qu’une envie ; botter le cul à ce nabot de Diix’yte, mais je me contins à grand peine. J’ôtais ma mitaine et mettait de la neige sur ma main pour diminuer la douleur, puis je levais les yeux et aperçu Travanh, près à sauter sur le chien.

      ●● Travanh ! Non ! Il faut trouver les autres !


    L’ordre avait fusé, impossible de s’en défaire. Puis, ignorant la douleur et le sang qui coulait de ma main gauche, je creusais avec la même ardeur quand je tombais sur une laisse de mon attelage. Je la suivis dans la neige et je trouvais le corps inconscient de Musika. Des larmes me montèrent aux yeux sans que je puisse les refouler et elles roulèrent sur mes joues, impuissante.

      ●● Musika ! Réponds-moi je t’en prie !


    lui dis-je en lui secouant frénétiquement les oreilles. Un faible grognement de la part de mon chien me répondit, et mes larmes se changèrent aussitôt en rire. J’avais eu si peur que j’avais agi ridiculement, sans prendre le temps de vérifier si elle était morte ou non. Je pris mon toutou dans mes bras et allais la déposer dans une tente où il faisait déjà plus chaud. Puis, je retournais vers l’attelage, où Travanh revenait avec Roha qui se remettait graduellement sur pied. Je me penchais vers mon chien de barre et lui donnai un bisou sur le museau tout en passant mes doigts dans sa fourrure. J’avais eu si peur, mais j’étais tellement contente de les avoir retrouvés. Cette joie était indescriptible.

    Quelques instants plus tard, je récupérais ce qui restait de mon attelage ; nourriture, vêtements et effets personnels. Puis, je donnais à manger à mes chiens et rentrais dans la tente où j’avais déposé Musika. J’allumais un feu, désinfectais ma morsure, puis je réchauffais ma chienne de meute en la frictionnant avec des couvertures. Elle reprit peu à peu conscience et je passais plusieurs minutes à m’occuper d’elle pour être sûre qu’elle n’ait rien, tout en gardant un œil sur Roha er Travanh. Et là, l’inévitable se produisit. Des hurlements surgirent de nulle part et me glacèrent le sang. Un long frisson parcouru tout mon corps, de la tête jusqu’aux orteils. Par curiosité, je sortais dehors à la suite de mes chiens. Le spectacle qui s’offrit à moi me laissa sans voix. Les loups, par dizaines, arrivaient. Retrouvant mes esprits, j’ordonnais à Musika, Roha et Travanh de rester près de moi … sinon ils allaient avoir affaire à une bonne enguelade. Je regardais le spectacle ; impuissante face à qui allait se passer. Allions nous tous y passer, cette fois-ci ? L’avalanche n’était-elle que le début de la rigolade ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité
avatar



MessageSujet: Re: [Event] L'avalanche et les intrus [Chiens, Humains et Celestial]   18.06.10 22:19

Avant l'avalanche:

Vrrrr! Voilà, c'est le grand jour, c'est l'heure! Je sens mon coeur battre d'excitation. J'espère qu'il ne sortira pas de mon corps! Ça se peut, un coeur qui sort du corps? Surement pas, car il serait déjà sortit! Cette course est si importante, si merveilleuse! Ça risque d'être la plus passionnante de tous! Un terrain inconnu, imaginez! Des montagnes, de lacs, des forêts. Pas de fichu terrain que les autres connaissent tous par coeur. Là, tout le monde sera au même niveau!

Je pense que ma musheuse est aussi frétillante que moi. Et Kaïlish et Ienisseï aussi. Il y a plein d'autres chiens excités autour de moi. Et des mushers. Je ne sais pas combien. Certains chiens ont l'air très bon et confiant, d'autres ne le semble pas du tout. Je ne sais pas si je vais être à la hauteur, j'ai peu de décevoir Skye, mais de toute manière, j'ai hâte de commencer.

Voilà, il y a eu le gros bruits. Un fusil. Il faut courir, courir toujours plus vite. J'ai guidé l'attelage devant plusieurs autres attelages. J'essaie de bien me placer. On a une bonne place. Kailash et moi courront vite, et Ienisseï mord quiconque essaie de nous dépasser. Il a fait tomber un chien de tête! Ok, il s'est relever. Tant mieux. Je ne veux pas qu'il nous dépasse, mais il ne faut pas faire mal aux autres.

Bon, nous courrons depuis combien de temps? Quelques minutes? Des heures. J'aime assez ça, mais ce territoire est encore dans ceux qui sont connu, à la limite de la connaissance... mais nous nous dirigeons
vers de grandes montagnes de glace, au loin. Dans peu de temps, nous serons là où aucun musher ni chien n'est jamais allé, ou sinon, il n'en a jamais parlé.

C'est tellement beau! J'ai hâte d'arriver là. Malheureusement, nous ne traversons pas ces montagnes. Personne n'arrive à traverser. Ceux qui sont allé là ne sont jamais revenu. C'est pour ça qu'il n'en ont jamais parlé. J'aime courir là, dans la neige et le vent, dans la nature. Ma musheuse nous encourage. C'est si agréable. En plus, les attelages sont de plus en plus loin les uns des autres. Celui d'un certain Jefferson est à l'avant, suivit d'un autre que je ne connais pas. Je ne sais pas qui est derrière nous, je ne veux pas regarder. Mais Ienisseï a arrêter de bouger sa tête de coté, donc les autres son hors de la portée de se crocs.

Voilà, nous montons les montagnes. J'aime ce genre de sentier. Même si ça glisse. L'attelage devant nous a plus de difficulté, donc nous le dépassons facilement. Nous sommes en haut. La vue est grandiose.

L'avalanche:

Pour gâcher le bonheur de la vue et enlever mon attention, il suffisait d'entendre un CRACK. Et j'ai entendu un CRACK. Puis, je vit la neige commencer à bouger autour de nous. Non! Je ne suis peut-être pas intelligent, mais j'avais assez entendu d'histoire d'avalanche pour savoir qu'on allait être emporté. Jamais je ne laisserai Skye être emportée!

Misère! Je sens que Ienisseï ralentit, bougeant beaucoup, et Kaïlash fait des gestes brusques! N'abandonnez pas notre traineau! Je dois quand même sauver Skye! S'il lui arrive quelque chose, ma vie ne sert plus à rien! Quand la vague de neige nous attend de plein fouet, je prend mon courage et je réussit, je ne sais comment, à faire monter le traineau par-dessus la vague, si vous comprenez. J,avais l'impression de nager, de me noyer dans la neige en colère. Repérant une sorte de grotte de glace où la neige ne rentrait pas, je prend mon courage à deux pattes et je cours, ou je nage, vers cette grotte. J'arrive à zigzaguer et sauter pour empêcher le traineau de se faire emporter. Finalement, j,ai la chance d'attendre la grotte. La seconde qui suivit, la neige s'était calmée. Le calme était revenu. J'ai reçu des félicitations de ma maitresse, et je fus fier d'avoir réussi à les mener ici.

Après l'avalanche:

Skye sortit rapidement de la grotte. Je marche derrière elle, suivit de Kaïlash et Ienisseï. Nous arrivons devant un grand tas de neige. Des bouts de traineaux et divers objets dépasse de la neige, dont certains chiens et quelques mushers. Immédiatement, les mushers et chiens commencèrent à chercher les autres. je les ai aidé, comme me l'a demandé Skye. J'ai tiré pour libérer Maxime. Je gardais toujours un oeil sur Skye, au cas où il se passerait quelque chose, dans cet endroit inconnu. J'ai réalisé à cette instant que j'étais de l'autre coté de la montagne, là où personne n'était allé ni revenu.

Je continuais d'aider à trouver des mushers. Je reniflais la neige, essayant de repérer des odeurs. J'ai trouvé 2 chiens. J'ai eu le traumatisme de trouver un humain mort. Une chance que j'ai sauvé Skye. Je ne peux pas imaginer ce que je ferais sans ma maitresse!

C'ets à ce moment que j'ai remarqué que je ne la voyais plus. Elle montait les tentes, avant... Puis, il y avait eu des bruits... Des choses que je ne connaissais pas. Mais je n'y avait pas penser, pensant juste à obéir. Je suis aller rejoindre Kaïlash, qui semblait aussi la chercher. À ce moment, j'ai remarqué ce qu'était les bruits et les odeurs. Des loups! D'énorme loup! C'était dangereux? Et Skye qui n'était pas là! Pas pour me protéger, mais pour que je la protège, moi!

C'est à ce moment que j'ai entendu un cri. Un cri qui me glaça le sang. Il n'était pas terrifiant, mais je le connaissais. Skye! Je n'attendis pas un instant pour accourir à son secours, suivit de Kaïlash. J'ai vu un spectacle d'horreur. Gao, ce chien débile, en train d'essayer de tuer ma maitresse! je vous l'ai déjà dit, je suis toujours pacifique, sauf quand il s'agit de Skye. J'ai sauté, avec Kaïlash, pour protéger ma musheuse.

Ce ne fut pas long que deux chiens purent faire tomber un autre, aussi fou soit-il. Même si j'étais dans la pire des colère, je me suis souvenu que Skye détestait la violence. Je ne devais pas le mordre... J'ai donc mordu sans mes dents... Une pression avec les lèvres, assez forte pour lui donner quelques ecchymoses. Kaïlash lui faisait lâcher Skye pendant que je le poussait à distance d'elle. Puis, il fut attraper par son maitre. J'ai poussé un simple grognement d'avertissement. Ne la touche pas, où ce sera la dernière chose que tu aura faites. Voilà, je m'étais fait mon premier vrai ennemi. Il avait osé essayer de tuer ma musheuse. Je me surprenais à penser cela. C'est vrai. je suis toujours très pacifique, sauf quand ce n'est pas pour moi qu'il faut se battre. J'essaie même de ne pas faire trop de mal, sauf si c'est la seule solution.

Pendant que Skye s'appuyait contre mon compagnon, je lui léchais la main. J'espère que ce n'était pas grave. Je surveillais les alentours. il ne fallait pas qu'un loup voit sa faiblesse du moment! Cette fois-ci, je ne la quitterais pas. Je ne savais pas comment réagir face aux loups, et quand ma musheuse rentra dans la tente, je vis Ienisseï grogner contre un louveteau. Je lui ai ordonner d'arrêter. Tantôt, Skye l'avait empêcher de se faire tuer. Il n'était donc pas une menace... Non?

Skye revint vers nous et fit arrêter Ienisseï de grogner. J'ai plongé mon regard dans celui de ma maitresse. J'étais inquiet pour elle. je ne savais pas quoi faire. Il fallait qu'elle m'éclaire. Je ne pouvais pas lui parler, mais si elle pouvait seulement comprendre mon regard... Mon expressions, mon inquiétude. Je me suis approché d'elle et j me suis posé contre elle, soulevant sa main avec mon museau pour passe ma tête ne dessous, pour sentir sa main contre moi. Il s'était passer trop de chose. je voulais protéger ma complice, mais je me sentait impuissant devant tous ces loups, devant la neige, devant les chiens agressifs. Je n'ai jamais pensé à mon cas, juste au sien.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité
avatar



MessageSujet: Re: [Event] L'avalanche et les intrus [Chiens, Humains et Celestial]   20.06.10 9:00

      Gao ne dormait pas, il passait le temps, souffrait en silence... Il senti, puis entendit Thomas s'approcher de lui. Gao se leva d'un coup, attrapant la main gantée de Thomas. Mais au lieu de lui broyer la chaire, Gao se contenta de la garder entre ses dents blanches et luisantes. Pourquoi ?! Parce que même si on dit de lui qu'il est idiot, Gao en a quand même un peu dans sa caboche. Le nordique roux et blanc se remémora sa première rencontre avec Thomas. Celle-ci avait été houleuse, car dans un premier temps il avait chercher à le massacrer, sans y arriver bien sur, car on l'avait enfermé dans une toute petite cage, avec des chaines autour du cou et des pattes. C'est à ce moment là qu'il avait prit conscience que les humains n'étaient pas tous mauvais. Thomas l'avait rassuré de la voix, l'avait nourrit, caresser, puis désenchainé. Gao sorti de ses pensées. Ainsi, il tenait donc dans sa puissante mâchoire la main qui nourrit, mais aussi la main qui rassure. Le chien lâcha cette main et laissa Thomas s'occuper de lui, en se recouchant. Plus jamais il ne se retourna contre son maitre, même s'il souffrait, car Thomas le rassurait de la voix. Puis, un miracle se produisit. Thomas le libéra. Pour le remercier, Gao lui lécha la main droite. Il se leva, puis marchant sur trois pattes s'approcha de Skye. Gao grogna, en lui montrant les crocs, mais rien d'autre. C'était juste histoire de l'intimidé.

      Thomas était sorti, dehors, alors que les loups y étaient. Gao sentait leur odeur, comme leur présence. Le chien de barre sorti lui aussi, suivant son maitre sur trois pattes. Il vit un peu plus loin un musheur, avec Diix’yte, son chien. tout près, Gao vit un louveteau et d'autres loups, grands, et impressionnant. Gao se colla contre la jambe de Thomas et grogna en direction des loups, pour le prévenir.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité
avatar



MessageSujet: Re: [Event] L'avalanche et les intrus [Chiens, Humains et Celestial]   20.06.10 14:03


Personnage joué :
ABERCROMBIE

    Le vent soufflait doucement pour Sibeska, rien à voir avec les bourrasques que l'on pouvait trouver sur Paradise. Mais ici, il était froid. Bien que les températures s'adoucissent en été, il faisait toujours plus froid au Nord que sur les autres terres. Rien de bien alarmant, cependant. C'était la saison chaude. La louve sentait beaucoup d'odeurs, portées par le vent. Elles se mélangeaient, allaient et venaient au gré de la brise, formant un ensemble confus. Cependant, il était évident que quelque chose se passait... La femelle passa sa langue sur sa truffe, intriguée. Cette petite excursion se révèlerait peut-être intéressante. Cela faisait longtemps que l'on n'avait entendu parler des Celestials. Les Angels, on se tenait au courant. Les Sakarites, eux, n'avaient pas tardé à se manifester. Mais les Celestials... Comme toujours, ils demeuraient à l'écart. Pourtant, récemment, leur Dominante a cherché à organiser une réunion entre les Alphas des différentes meutes. La Devil eut un sourire carnassier : le retour des siens devait inquiéter les Celestials. La réunion devait avoir lieu aujourd'hui. Tandis qu'Hammeren s'y rendait, la Chef des Veuves Noires avait décider de faire un petit tour du côté de Sibeska, pour essayer de se renseigner un peu plus sur la meute. Elle foulait les terres du Nord depuis vingt minutes à peine qu'une étrange agitation s'y faisait sentir : elle sentait des loups, les entendait courir. L'inquiétude, l'angoisse, la surprise... La tension qui régnait en ces lieux était palpable. Que se passait-il ? Sans un mot, la louve avait décidé d'aller voir. Elle suivait les loups qu'elle croisait : tous semblaient aller dans la même direction, attirés par tout ce remue-ménage. Nul ne faisait attention à elle : ils étaient tous bien trop préoccupés. Pourtant, elle n'était pas du genre à passer inaperçue. Au premier regard, sa stature, sa silhouette même attiraient les regards : cent-dix centimètres au garrot — un record que peu égalaient, surtout pour une femelle ! —, la fourrure charbonneuse, l'allure gracieuse... Elle était belle, nul ne pouvait le nier sans mauvaise foi. Belle, et impressionnante. Ses yeux d'or brillaient d'une lueur étrange : malicieuse, joueuse, supérieure. Elle était beauté, force et mystère. La digne fille de Baphomet... A ceux qui ont connu son illustre père, elle ne peut qu'évoquer sa silhouette. De loin, beaucoup ont cru à son retour. Hélas, Baphomet était bel et bien mort, et nul ne saurait le ramener à la vie.

    La louve s'immobilisa soudain. Les oreilles dressée, la truffe au vent, ses yeux s'écarquillèrent. Cette odeur... Instantanément, le poil de son échine se hérissa, et elle reprit sa course avec plus d'empressement. non, c'était impossible. Pourquoi, que venaient-ils faire ici à nouveau ? Des images défilaient dans son esprit, des souvenirs : des détonations, comme le cri du tonnerre, des éclair de feu qui jaillissaient de ces étranges bâtons, que les bipèdes brandissaient dès qu'ils voyaient l'un des sien, les grognements des loups, les hurlements, les gémissements de douleur, l'odeur du sang, de la peur, la haine... Abercrombie courait plus vite, comme pour échapper à ces souvenirs. Enfin, elle vit les autres : les loups — principalement des Celestials — s'étaient réunis. Ils observaient. L'odeur de sa meute dissimulée par des senteurs variées qui permettraient de l'identifier comme une solitaire, elle se faufila au milieu des loups, et les vit enfin. Les muscles tendus, c'est avec l'amertume du passé et dégoût que ses prunelles d'or sauvages se posaient sur l'ennemi : l'humain.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité
avatar



MessageSujet: Re: [Event] L'avalanche et les intrus [Chiens, Humains et Celestial]   30.06.10 16:32

    ( Up ? )
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité
avatar



MessageSujet: Re: [Event] L'avalanche et les intrus [Chiens, Humains et Celestial]   10.07.10 8:42

Un matin, le brouillard c'était lever. Je me décidais de me lever. Certain
loups de ma meute parlais, il avais l'air inquiet. J'allais les écouter en me
joignant au cercle. Apparament l'un disais qu'il se passait quelque chose
dans les montagne. L'autre disais qu'il y'avais des tonnes de loup. Je m'
interrogeais. Un loup finis par nous rejoindre. Je quittais le rang de loup
pour aller voir se qui se passe la haut. La langue pendante, je regardais
droit devant moi. Je trottinais. Commençant a grimper, sur un pante. Il
faisait froid, sa devais être la hauteur qui faisait sa, l'altitude en quelque
sorte.

Le soleil c'était caché derrière les nuage. laissant place a un vent frais et
fort passé. Continuant de grimper, je glissais sur la neige. Laissant tomber
des bout de caillou derrière moi. Soudain, j'entendis des hurlement et des
gémissement, d'ou sa venais ? je suivais c'est son, et finit par arriver sur
un chemin. Les son avais disparu, c'est quoi se cirque ? j'avançais sur le
chemin bien décider a chercher c'est son. Mais plus rien d'un coup. J'avançais
essayant de me fier a on odora. Sa sentais le loup, plusieurs loups. J'étais
pas seul.

En effet, les son revenu, je me dirigeais ver eu. Je découvris une troupe de
loup devant des HUMAIN !! et des chien ! mon dieu. Il avais l'air d'avoir été pris pas une avalanche. Une avalanche.... S'est comme sa que mes parent
son mort. Je me dirigeais ver la troupe de loup. Voyant les humain dégager
leur chien, leur amis. J'arrivais ver les loup pour voir mieux. Y'en avais que je connaissais. Ne disant rien je me contentais de regarder.[/b]
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité
avatar



MessageSujet: Re: [Event] L'avalanche et les intrus [Chiens, Humains et Celestial]   14.07.10 17:14

Maintenant que Thomas avait tous ses chiens avec lui, était sur qu'ils n'avait rien de grave, du moins Gao survivrait à sa patte blessée, la fatigue commençait à se faire sentir. Le jeune homme avait maintenant un poids de plus sur les épaules. Et pourtant, il ne fallait pas se laisser aller, le pire était peut-être encore à venir. Avec tous ces loups, il ne savait quoi faire. C'est qu'on lui avait appris à s'occuper de ses chiens, à manipuler son traineau, à prévoir les inconvénients, mais personne ne lui avait parlé de ce qui se passait après une avalanche. Si un peu, le musher qui lui avait tout appris lui avait expliqué les principales règles de survie, mais ensuite? Après que tous ses chiens s'en soient sortis, que l'on ai retrouvé la plupart des mushers et de leurs attelages, que faisons-t-on s'il y avait des loups? Ca personne ne le lui avait jamais dit, et bien qu'il ne veuille pas le montrer, Thomas avait peur. Au fond de lui, une petite voix lui disait qu'ils étaient mal barrés, et que tout ca finirait mal. Mais cette même voix lui disait aussi qu'il ne fallait pas le montrer, qu'il devait resté concentré et sur de lui, au moins pour ses chiens. Après tout, si lui même n'était pas ferme, Gao serait encore pire non? Déjà que ce n'était pas facile. Heureusement, il n'avait pas ce même problème avec Shuksan et Sixtine. Les deux chiennes étaient plus sages.

Après être sorti de la tente, Thomas évalua la situation. Bon, un petit loups inconscients, et Jefferson aussi très inconscients à le laisser s'approcher comme ca, et plein d'autres loups beaucoup plus gros. Et il y en avait de plus en plus! Thomas se mordit la lèvre, s'ils devaient se défendre, il n'avait rien à par un couteau. Quelle arme! Gao grogna et le musher lui intima de rester tranquille, donnant un petit coup sur le morceau de filet qui le retenait. Qu'il n'aille pas faire à nouveau des dégâts! Voyant aussi que Sixtine et Shuksan commençait à s'agiter, il leur demanda de revenir à ses pieds et de rester tranquille. Le jeune homme se remit ensuite à nouveau à évaluer la situation. Bon, jefferson ne semblait pas le moins du monde stressé de voir un petit loup s'approcher de lui, alors il n'y avait peut-être aucune raison de stresser? C'est alors qu'une autre musher avertit tout le monde ne pas faire le moindre geste brusque. Bon alors, cela voulait dire qu'on allait essayer de faire ami-ami, ou du moins de ne pas paraitre provocants. Je m'accroupis donc dans la neige, expliquant le plus doucement possible aux chiens de se tenir tranquille.

- J'espere qu'on va pas attendre trop longtemps quand même!
Revenir en haut Aller en bas

QuatreSouffles


avatar

Masculin
Nombre de messages : 971
Date d'inscription : 07/08/2009


Votre personnage
Meute et Grade: Druide
Alignement dans la guerre: Angel
Relations:

MessageSujet: Re: [Event] L'avalanche et les intrus [Chiens, Humains et Celestial]   24.11.10 0:13

[Bon, faudrait bien qu'on arrive à quelque chose avec ce topic, donc je poste un petit message juste pour essayer de le relancer.]

Sestoran allait reparler à Diix-yte, lorsqu'il vit une chose qui l'étonna plus que tout ce qu'il avait vu dans sa vie. Si si. Encore plus que lorsqu'un condor l'a attrapé pour le dévorer. Il avait aperçut un homme sortir, puis un chien tout roux. Mais ce n'était certainement pas la couleur du chien qui l'impressionnait, ni sa taille. En plus, pourquoi sa taille l'aurait impressionné? Il n'était pas nain ou géant. Quoique pour un loup, il aurait été petit, ce qui permettait à Sestoran de se sentir moins nain en la présence de chien. Mais ça n'a aucun lien avec l'étonnement du petit (Minuscule) Célestial.

La vérité était dans un lien entre le chien et l'homme. Non non, il ne voyait pas l'amour qui unissait le chien à son maitre et ces petits trucs... Il voyait un autre lien. Une sorte de corde, entre la main de l'homme et le coup du chien. Sestoran était peut-être un peu cinglé, mais quand il fallait réfléchir, il en était capable. Et là, il comprenait que le chien ne pouvait s'éloigner trop loin de l'homme à cause de cette corde.


«Ben non! Ben non! Pourquoi il fait ça?»

Sestoran oublia un peu Diix-yte et se dirigea vers l'autre chien. Encore une fois, il faisait attention à sa démarche. Il ne devait pas faire peur aux hommes, ni défier ou effrayer les chiens. Alors, il trottina doucement vers eux, en essayant de montrer qu'il était heureux, pacifique, etc. Il gardait aussi au moins la distance d'un saut sans élan des chiens car, en se fiant à ce qu'avait dit Diix-yte, les chiens pourrait l'attaquer pour sauver leur maitre. Bref, il n'avait pas peur des hommes, mais un peu des chiens, et si un l'attaquait, il ne pourrait pas l'atteindre d'un coup.

Puis, il arriva vers Gao, car c'était bien lui. Il resta à la distance d'un saut, donc assez près pour qu'on remarque que c'était au chien qu'il s'adressait. Il était plus petit que lui, donc il n'était pas du tout menaçant.


«T'inquiète pas, je viens en paix. Toute manière, j'avoue être trop petit pour pouvoir faire mal à qui que ce soit. Et j'aime bien les humains, ils m'aidaient quand j'étais petit. Car je ne suis pas un louveteau, mais un malheureux loup... nain. Argh. Ton humain a l'air gentil, quoique je n'ai pas grand chose pour comparer. Bref, j'ai l'impression que je suis le seul qui n'a pas peur de vos amis les humains. Les autres ont peur, c'est pour ça qu'ils grognent... Mais c'est pas pour ça que je suis venu. C'est pour un renseignement. Pourquoi ton humain te tient-il avec cette corde?»


Sestoran s'assura de commencer par expliquer qu'il était gentil, parce que ce loup semblait assez féroce, et il l'avait vu attaquer un loup. Il n'aurait peut-être pas du aller le voir, mais il se demandait vraiment pourquoi il avait cette corde au coup.

En parlant le loup, sans s'en rendre compte, avait révélé qu'il était un loup adulte mais nain, qu'il considérait que le chien n'était pas l'animal domestique de l'humain, mais plus un ami, en disant "ton homme", et qu'il aimait les hommes. C'est après avoir dit ça qu'il se rendit compte qu'il était vraiment au milieu du camp. Pas comme avant, où il était au bord. Au moins, aucun loup ou humain ne l'attaquait, mais on le fixait de partout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Event] L'avalanche et les intrus [Chiens, Humains et Celestial]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Event] L'avalanche et les intrus [Chiens, Humains et Celestial]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [EVENT] Oh, les jolis chiens!
» les intrus
» Rapport sur les abus de droits humains en 2004-2006
» Le plus féroce de tout les chiens... Mouk!
» Interdiction vente chats et chiens en magasin Belgique
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wolf Angel :: UN DERNIER MOT, UNE DERNIÈRE PENSÉE. :: 
« c o r b e i l l e »
 :: 
« c o r b e i l l e - d e s - a r c h i v e s »
-