AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 "Quelle chance tu as..." (Pv Izilbêth)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité
avatar



MessageSujet: "Quelle chance tu as..." (Pv Izilbêth)   14.01.11 19:44

"Quelle chance, tu as..."
Pv Izilbêth

    Le soleil. Astre fier et noble. Source de lumière et de chaleur tant convoitées. N’est-il pas magnifique ?
    Elles t’assaillent. Elles violentent ton esprit. Elles y laissent des marques, comme du fer rouge, profondes, douloureuses, que rien ni personne ne pourra jamais effacer. Ces images. Ce souvenir. Le seul qu’il te reste, d’une journée ensoleillée. Et dans cette lumière, si belle, si chaude, tu l’aperçois. Le traître. Celui qui t’abandonnas dans la douce étreinte des ténèbres, pour le meilleur et pour le pire, tu le vois. Tu te souviens. De ce sourire machiavélique au coin de ses lèvres noircies par le sang. De cette lueur de rage dans son regard, où les flammes de l’enfer avaient coutume de danser. De ces spasmes inquiétant qui animaient son corps, tel un pantin où le diable se serait logé ne serait-ce que pour une bataille. Mais surtout, tu te souviens de ce soleil. Si beau. Si fier… Tu ne pus l’admirer plus longtemps. Le traître se jeta sur toi. Ainsi commence le combat. Vos corps s’entrechoquaient d’une force telle, que la terre en aurait tremblé. Le sang s’écoulait en un torrent d’eau écarlate. Et vos cris de rage déchiraient le ciel. Il meurtrissait ton corps. Tu meurtrissais le tien. Violence. Haine. Et souffrance. La douleur était telle que tu sentais ton corps se consumer. Se détruire. Abattu et implorant le ciel, tu portas ton regard sur l’astre d’or. Mais ce fut trop tard. L’assaillant porta le coup fatal. Celui qui scellerai à jamais ton destin auprès de cette chose, sans forme ni couleur. Celui qui ferait de toi un fantôme, condamnée à errer dans l’obscurité la plus totale. Tu poussas un premier cri, manifestation de la douleur. Puis un second, dans lequel tous les sentiments furent mêlés. La rage. La crainte. Le désespoir. La solitude. Un dernier rayon de soleil. Et tout s’éteint. Tu es la proie des ténèbres.

    Te voilà aveugle. Enchaîné.
    Et le soleil, plus jamais tu ne le reverrais.

    Tu sursautas. Chassas ces souvenirs qui t’envahissaient. Cela faisait maintenant cinq ans. Cinq ans, que tu côtoyais ces même ténèbres. Cinq ans, que tes jours ne sont plus que nuits, et que tes nuits ne sont plus qu’une voûte sans étoiles. Cinq ans, que ta vue fut troquée par ce noir infini. Cinq ans, que tu n’avais plus vu le soleil. Et pourtant aujourd’hui il est là. Ses doux rayons d’or caressaient ton pelage d’ébène. Et l'étrangère était là. Qu'importe ?

    « Quelle souffrance, de sentir le soleil réchauffer mon vieux corps, sans ne pouvoir le voir. Quelle chance tu as, de pouvoir te servir de tes yeux ! »

    Oui, louve d’argent. Tu as bien de la chance.
Revenir en haut Aller en bas

Izilbêth


avatar

Féminin
Nombre de messages : 3160
Date d'inscription : 19/06/2006


Votre personnage
Meute et Grade: Archange Angel
Alignement dans la guerre:
Relations:

MessageSujet: Re: "Quelle chance tu as..." (Pv Izilbêth)   06.03.11 19:43

" Peut-on appeler cela une chance ? "


    Marcher, encore et toujours sans jamais s'arrêter. Suivre les étoiles chaque nuit pour vérifier ma position, tel était mon quotidien depuis maintenant plus d'une semaine. Une semaine de solitude, encore et toujours. Paisible chemin pour vous, mais tellement cruel en mon coeur. Chacun de mes pas m'éloignant de mes terres natales n'a fait que brûler un peu plus mon coeur meurtri par la perte des miens. Oui, je partais vers un endroit que seuls les contes entendus lors de ma jeunesse me guidés. Stupide idée, mais quand on a plus rien l'inconnu est encore ce que l'on a de mieux.

    Le soleil réchauffait avec douceur ma fourrure, tout en offrant à mon regard marqué par l'horreur un magnifique spectacle. Devant moi s'étendait une immense vallée digne des histoires que me contait ma mère. Chaque flocon brillait, formant une immensité des cristaux me rappelant un instant ma terre natale. Bien vite ce souvenir se dissipa par toutes les odeurs que me porta le vent frais de l'hiver. Je me sentais bien, et du haut de cette butte je me laissa aller à mes songes. Yeux clos, je laissa mon coeur courrir avec le vent qui venait s'engouffrait dans ma blanche fourrure avant de former plusieurs looping entre les creux de la vallée. Un instant de paix, le premier depuis tant de temps.

    Une voix masculine me fit sortir de mes rêveries plutôt brutalement, me projettant presque contre le mur de la réalité. Ma fourrure se dressa sans attendre sur mon échine, et je pus enfin appercevoir celui qui avait briser cet instant. C'était un loup noir comme le néant, il ne semblait pas aussi jeune que moi, et les marques sur son corps ne trahissait pas mon jugement. Un rictus vint naitre au coin de mes babines, pendant que le vent venait aplatir mon échine. Voir le soleil est certe une chance, mais peut on dire que voir est une chance, j'en doute...


    " Nul besoin de voir pour savourer la beauté d'une chose. Le temps peut passer, le souvenir reste. Est-ce vraiment une chance de voir ? "

    Je t'envie vieu loup, au moins tu ne seras plus marquer des horreurs de la vie, bien que tu ai déjà dut l'être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

"Quelle chance tu as..." (Pv Izilbêth)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Quelle est la base du développement ?
» Quelle est votre bande de prédilection?
» Quelle bande de nazes!
» quelle est cette décoration militaire ?
» Quelle desperate Housewife, etes-vous ?
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wolf Angel :: UN DERNIER MOT, UNE DERNIÈRE PENSÉE. :: 
« c o r b e i l l e »
 :: 
« c o r b e i l l e - d e s - a r c h i v e s »
-